libertaire anarchiste anarchisme

LE SOIR
Opinions et débats - Mardi 8 avril 1997 - p.2

Social :
Clabecq, Renault et les autres...


Dès les origines, dans un monde de pénurie, le capitalisme s'est construit sur l'exploitation effrénée du travail humain, avec pour justification idéologique la sanctification chrétienne - y compris chez les exploités en révolte - de la valeur du travail : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.

S'il est vrai que la plupart d'entre nous sont obligés de vendre leur force de travail pour survivre et faire vivre leurs enfants, il n'en est pas moins vrai que pour beaucoup - et particulièrement pour les ouvriers qui bossent dans la sidérurgie ou sur une chaîne de montage automobile - le travail est d'abord, et avant tout, un espace d'exploitation économique.

S'il est vrai que dans une société dominée par le spectacle et l'atomisation des individus, le travail est l'un des derniers lieux de création de lien social, il n'en est pas moins vrai que l'entreprise, avec son fonctionnement hiérarchique et autoritaire est d'abord, et avant tout, un espace d'aliénation et d'oppression.

A l'heure de la révolution informatique, c'est une évidence que le travail humain - et particulièrement celui qui est peu qualifié - est de moins en moins nécessaire à la production industrielle. (...)

Face à ces évidences, le problème n'est donc pas de gérer la pénurie, de répartir la misère, mais d'inventer de nouvelles formes de répartition de toujours plus de richesses.

Il est donc indispensable de découpler aujourd'hui l'activité « travail » des revenus nécessaires à l'épanouissement de la vie de chacun.

Que ce soit par l'allocation universelle ou par tout autre moyen à inventer, c'est moins par impossibilité comptable que cette nouvelle redistribution des richesses se mettra en place que par la formidable révolution culturelle qu'elle implique.

Combien parmi les salariés n'existent socialement que grâce à leurs « activités professionnelles » ? (...)
Roger Noël Babar


Note d'AL : version allégée par les ciseaux de la rédaction du SOIR (...)




Alternative Libertaire


franc-maconnerie anarchisme