libertaire anarchiste anarchisme
LE SOIR
Actualité politique et sociale
Lundi 30 décembre 1996 - page 3

A propos du livre de Jan Moulaert
Le mouvement anarchiste
en Belgique 1870-1914
publié aux éditions Quorum

    L'anarchiste, en Belgique, avant la Première guerre, se bat contre le suffrage universel ! Il est plutôt Bruxellois et Wallon. Il habite les villes et surtout Liège. Le mouvement est caractérisé par son côté très ouvriériste, anti-bourgeois et anti-intellectuel. Et cela à la différence du mouvement anarchiste en France ou aux Pays-Bas.
    Quand il évoque les anarchistes en Belgique, le docteur en histoire Jan Moulaert (né à Bruges en 1956) est intarissable. Il faut dire qu'il en a fait sa thèse, défendue en 1993 à la KUL avec la plus grande distinction. Une thèse que les Editions Quorum viennent de faire traduire et publier (1).
    Avec cette thèse, Jan Moulaert a sans doute écrit l'ouvrage de référence définitif sur la question, explique le professeur Jean Puissant de l'ULB. Un ouvrage d'une qualité telle qu'il servira dans l'Europe entière.
    Il faut dire que l'auteur a passé plus de dix ans de sa vie à étudier le mouvement. Il a retracé toute l'histoire du socialisme belge d'avant 1914, vu à travers la lorgnette de l'anarchisme. Il a ainsi comblé une lacune, l'historiographie officielle se contentant jusqu'il y a peu d'une vision linéaire et triomphaliste de l'évolution du P.O.B. (Parti ouvrier belge). Le mouvement anarchiste était complètement sous-estimé. L'auteur récuse également la thèse selon laquelle les anarchistes seraient à l'origine du parti communiste en Belgique.
    Jan Moulaert a montré à quel point les anarchistes belges étaient véritablement « le poil à gratter des socialistes », leurs principaux censeurs de gauche. Ils firent ainsi plus de tort au socialisme qu'au capitalisme ! Il a aussi mis un terme à l'image de l'anarchiste terroriste à la cape noire, qui attend, caché, bombe à la main, sous un porche obscur. Il n'y a eu en Belgique qu'un seul attentat anarchiste, à Liège, en 1892 (qui ne fit pas de morts).
    Il faut aussi nier l'image de l'anarchiste artisan en Belgique. A la différence des anarchistes français (plus intellectuels et plus bourgeois), les Belges n'ont aucune figure de proue. Même le célèbre Elisée Reclus (fondateur de l'Université nouvelle, une dissidence de l'ULB) ne peut être pris en compte. Son idéal moral et intellectuel ne leur convient pas.
Reste que les anarchistes belges, explique le Dr Moulaert, étaient tellement purs que cela les a rendus impuissants. Ils faisaient preuve d'une réelle chasteté révolutionnaire et idéologique.
    L'anarchisme en Belgique était surtout un mouvement d'idées (autogestion, décentralisation...). Mais aussi un mouvement un peu triste. Il y a beaucoup d'héroïsme de la part des petits militants qui s'activent le soir et les dimanches. Mais tout cela n'a débouché sur rien. En cause, leur manque d'organisation. Par contre, les anarchistes belges ont vu clair avant tout le monde.
    Voyez l'évolution du communisme. Ou encore, plus près de nous, celle du socialisme. Ils pointaient déjà du doigt, au siècle dernier les risques de dictature, de sclérose et de bureaucratie. Quand on voit ce qui se passe aujourd'hui à Liège, on ne peut dire qu'une chose : les anarchistes du siècle dernier avaient vu juste !

E. M.
(1) Jan Moulaert, « Le mouvement anarchiste en Belgique 1870-1914 », Quorum, 420 p., 890 F.



 

Libertaire Anarchiste Anarchisme Franc-Maconnerie

franc-maconnerie anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/campion.html


franc-maconnerie anarchisme