mouvement anarchiste
Les Anars
des origines
à hier soir...
éditions du Monde Libertaire
éditions Alternative Libertaire

 

 

(extraits choisis)

********************


EN GUISE D'INTRODUCTION

Une mémoire pour le futur

Depuis quelques années, leurs drapeaux (noir ou noir et rouge) flottent à nouveau dans les manifs. Leurs militants sont toujours plus présents dans les luttes et les mouvements sociaux. Leurs radios, leurs journaux, leurs librairies, leurs livres, leurs brochures... chahutent les idées en place et en font naître de nouvelles. Les réunions publiques, conférences, colloques... qu'ils organisent, dans leurs locaux, se font chaque jour plus nombreux et passent de moins en moins inaperçus. Leurs organisations spécifiques, leurs syndicats, les différentes alternatives qu'ils animent, sortent peu à peu de la confidentialité.

Leur nombre (grandissant), leur sérieux (jamais dénué d'humour), leur courage (incontestable), leur intransigeance (énervante), leur manière d'être (aux antipodes du paraître), leur révolte (permanente), leurs principes (fascinants), leurs mots d'ordre (radicaux), leurs propositions (évidentes), leurs rêves (bouleversants)... interpellent jusqu'au petit monde de la réflexion politique et séduisent même certains curs purs, las des billevesées de la gauche caviar, de l'écologie gouvernementale, du communisme à la mémoire courte, du gauchisme qui lui aussi voudrait sa part du gâteau...

Toujours présents, parfois à l'initiative, ils se bagarrent, bras dessus bras dessous, avec toutes les tribus dissidentes qui hissent haut le drapeau de la révolte contre le capitalisme et ont encore, chevillée au corps, l'espérance en un monde de liberté, d'égalité et d'entraide.

Bref, en un mot comme en cent, en ce début de vingt-et-unième siècle, les anars, que l'on a dit maintes fois morts ou enfermés dans des chimères d'une autre époque, sont de retour ! Et ils annoncent la couleur !

Les oppressions de toutes sortes (politique, économique, sociale, militaire, religieuse, sexuelle...), poubelle ! Les inégalités de toutes sortes (on prend les mêmes et on recommence), poubelle ! Les exploitations de toutes sortes (on reprend les mêmes et on recommence), poubelle !. Les patrons, les gouvernants, les flics, les curés, les militaires, les fonds de pension, les boursicoteurs, les banquiers, les multinationales, les culs-serrés de la rente, les pignoufs de la bureaucratie, les engagés volontaires de tous les petits pouvoirs, les docteurs Folamour de la destruction de la terre, les scientifiques de merde de l'opéra-bouffe-ta-merde, les zozos du réformisme, les malades du pouvoir, les charognards de la propriété et de l'héritage, les marchands de tout et de rien, les derniers imbéciles du droit du sang et de la loi du plus fort... poubelle ! Expropriation et licenciement sans indemnité ! Tout et tout de suite ! Partage des richesses, pas de la misère ! Autogestion généralisée, ici et maintenant !

L'état actuel de la technique et de la science offre à l'ensemble des habitants de notre planète les moyens de nourrir, de loger, d'éduquer et de faire accéder à la culture tous les êtres humains. Vivre entre égaux (et donc, sans patrons, ni hiérarchies...), s'associer libertairement entre égaux (et donc, sans État, ni bureaucratie), s'entraider entre égaux (et donc sans marché, ni profit), man-ger à sa faim, se loger décemment, se vêtir correctement, s'enivrer des arts et des lettres (et donc en ne consacrant au travail productif qu'un minimum de temps), respecter l'environnement... c'est non seulement possible, mais, plus le temps passe, plus ça devient nécessaire, sauf à se résigner à la barbarie qui s'annonce.

Les anarchistes sont les seuls, aujourd'hui, à tenir ce discours tout de bon sens.

Un discours dont le bon sens tient peut être au fait qu'il a mis un siècle et demi à se construire !

Les anars ne tombent pas du ciel

L'anarchisme, en tant qu'aspiration à des valeurs (refus des oppressions et des exploitations de toutes sortes, aspiration à des relations sociales égalitaires favorisant l'épanouissement des libertés individuelles et collectives...), existe depuis la nuit des temps, car il colle littéralement à la peau d'un éternel humain, tout de peur de mourir et de désir de vivre.

L'anarchisme, en tant qu'élaboration d'un projet global de société, en tant que mouvement social et organisation militante, ne date, lui, que d'un siècle et demi.

Proudhon, Bakounine, la guerre au couteau au sein de la Première Internationale entre deux conceptions du socialisme (autoritaire et antiautoritaire, étatiste et fédéraliste, électoraliste et acteurs de l'action directe, accrocs de la prise du pouvoir et partisans de l'autogestion généralisée...) ; les illets rouges de la Commune de 1870 ; l'édification des premières cathédrales du mouvement ouvrier que furent les bourses du travail et les maisons du peuple ; la constitution, pierre à pierre, des premiers syndicats comme outils et armes d'une volonté de transformation sociale radicale ; les premières expériences d'éducation populaire dans les associations ouvrières ; les premiers pas d'une éducation libertaire (avec l'orphelinat de Cempuis de Paul Robin, la Ruche de Sébastien Faure, les écoles modernes de Ferrer) ; les premières luttes pour le droit à l'avortement, à la contraception et à l'union libre ; les premiers groupes espérantistes, végétariens, naturistes, écologistes ; l'élan, brisé net, d'une volonté d'empêcher la boucherie de la Première guerre mondiale ; l'engagement, aux premiers rangs, dans le camp de la révolution russe ; l'Ukraine libertaire écrasant les armées blanches de Dénikine et sauvant, de ce fait, la révolution de 1917 ; le combat des marins de Cronstadt pour une troisième révolution (devant succéder à la révolution bourgeoise et au coup d'État bolchévique) ; le chant du cygne des conseils ouvriers de Bavière et de Turin ; la remise sur pied d'une Internationale antiautoritaire ; les grandes luttes ouvrières de l'entre-deux guerres en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Argentine, en Espagne et ailleurs ; le coup de tonnerre de la plus grande révolution sociale de tous les temps en juillet 1936 en Espagne ; le grand souffle libertaire d'un printemps trop bref en 1968 ; une traversée du désert jusqu'à ces dernières années, la Fédération Anarchiste Francophone, la CNT ; les alternatives sociales, le renouveau libertaire actuel... tout cela forme un tout. Une continuité. Une histoire à nulle autre pareille. Une épopée dont les roses ne se sont jamais fanées.

Le chemin se trace en marchant

Le fait d'avoir une telle histoire constitue un atout certain pour le mouvement libertaire de cette fin de siècle.

C'est, en effet, dans la durée que les cohérences se jaugent et se jugent. Et celle de l'idéal libertaire, on s'en doute, ne s'est pas faite en un jour.

Notre histoire, et c'est ce qui la rend vivante et actuelle, a toujours été à plusieurs voix, à cent nuances et à mille tâtonnements.

Impossible, donc, de s'y référer comme à un catéchisme, de la mythifier ou de l'ânonner.

En ce sens, c'est une histoire qui est en devenir permanent. Qui s'arc-boute sur quelques grands principes et les conjugue au seul temps qui vaille, celui de l'expérimentation. Qui sera toujours inachevée.

Notre haine du capitalisme, de l'État, du réformisme, de l'électoralisme, des patrons, des curés, des militaires, des avant-gardes autoproclamées, des petits marquis de la gestion de l'existant, des dictatures brunes ou rouges... s'est forgée au feu des faits et de leur répétition. Notre passion pour une liberté des autres étendant celle de chacun à l'infini est une longue histoire d'amour et de désamour. Cet autre futur que nous avons dans le cur s'est toujours enraciné dans l'obsession d'un autre présent.

Notre histoire (n'en déplaise aux historiens et aux intégristes qui sévissent jusque dans nos rangs), même si elle n'est pas exempte de quelques pages jaunies et datées, a cela d'extraordinaire qu'elle ne se veut qu'un grand livre ouvert sur les pages blanches du présent et de l'avenir.

Notre histoire, c'est clair, pour avoir déjà été écrite, et de quelle manière, restera toujours... à vivre !

Traces d'ombres et bâtisses d'être

Ici, là ou ailleurs, il est courant de dire et d'entendre dire que les anarchistes ne sont pas des mauvais bougres mais qu'ils manquent cruellement de réalisme. De réalisme, justement, parlons en !

Dès la fin du dix-neuvième siècle, les anarchistes dénonçaient les chimères des socialistes réformistes de la gestion du moins pire et le caporalisme des petits bourgeois d'un marxisme autoproclamé scientifique.

Et, qu'ont fait les socialistes réformistes depuis un siècle et demi si ce n'est gérer l'insupportable et l'intolérable du capitalisme ?

Et, qu'ont fait les soi-disant puits de science du marxisme si ce n'est faire pire que les pires des capitalistes et autres fascistes du moment, au point de construire un fascisme rouge, et de favoriser, sur leurs tombes, la pousse des plantes vénéneuses du nationalisme et de l'obscurantisme religieux ?

Qu'ont-ils fait tous ces gens et toutes ces idéologies qui nous ont toujours expliqué que le plus court chemin menant de l'intolérable à l'espérance socialiste était... la ligne courbe ?

150 ans d'histoire sont là pour témoigner de leurs échecs.

Et 150 ans d'histoire sont là pour témoigner de la pertinence des soi-disante utopies anarchistes !

Utopiste que de dire lors de la commune de Paris que... ? Utopiste que de dire en 1917 que tout le pouvoir devait aller aux soviets ? Utopiste que de dire que la liberté et l'égalité ne passent pas par les impasses du goulag ? Utopiste que de dire que l'État est une classe sociale "en soi" ? Utopiste que de dire que l'on n'accède à la liberté et à l'égalité que par l'exercice de la liberté et de l'égalité ? Utopiste que de dire qu'on ne peut pas faire pire que l'intolérable du moment et qu'il n'est d'aucun intérêt de s'en accommoder ? Utopiste que de dire et de démontrer que l'autogestion généralisée est possible et que ça marche dès lors que des Franco ou des Lister ne viennent pas détruire une espérance en actes ? Utopiste que de dire que la fin est contenue dans les moyens ? Ben, tiens !

Qui des visionnaires ou autres précurseurs de l'éducation nouvelle, du droit à l'avortement et à la contraception, de l'évidence de léguer aux générations futures une Terre qui ne soit pas une poubelle, de l'inanité d'une transformation réformiste de l'intolérable, de l'inacceptable des dictatures rouges... ou des harkis socialos et des marxistes autoritaires, relèvent de l'utopie ?

À l'évidence, nous avons plus fait avancer le schmilblick de l'histoire des êtres humains que ces petits chefs de tous les compromis et de toutes les compromissions.

De ce fait, la mémoire des vaincus, qui semble être l'âme de notre histoire, ne se résume, peut-être, qu'à une absence de mémoire ?

Cette brochure, qui voudrait s'adresser à un large public, n'a pas d'autre ambition que de vous donner envie d'en savoir plus !

Le voulez-vous ?

Là a toujours été, est et sera toujours la question !

éditions du Monde Libertaire
éditions Alternative Libertaire



Libertaire Anarchiste Anarchisme Franc-Maconnerie

franc-maconnerie anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/campion.html