libertaire anarchiste anarchisme

en débat
ATTAC
ou se contente
d'aboyer ?

Échos d'un débat
au Centre Libertaire - Bruxelles

L'Association pour une Taxation des Transactions financières pour l'Aide aux Citoyens est abondamment critiquée par les anarchistes, du fait qu'elle se contente de demander une compensation minime au capitalisme financier et qu'elle compte sur les États pour garantir la démocratie contre la tyrannie des multinationales. Cependant, elle mentionne aussi l'objectif de relancer une "nouvelle citoyenneté", ce qui nous a donné envie de savoir si par là elle ne se rapprocherait pas de notre combat pour une auto-organisation hors de tous les cadres institués.

Des étatistes aux radicaux

Jean, le représentant qui est venu au Centre Libertaire pour en parler, nous a avertis d'emblée que sa position personnelle était beaucoup plus radicale que la position officielle d'ATTAC-Bruxelles, elle-même déjà moins étatiste que ATTAC-France. Cette diversité est d'ailleurs présente au sein de la rédaction du Monde Diplomatique, d'où est née l'initiative, puisque dans le texte fondateur apparaît clairement l'appel à un État plus régulateur, mais aussi l'appel à un contre-pouvoir exercé par les citoyens. Mais pour tous, en tous cas, est commune la dénonciation de l'emprise capitaliste et la volonté de recréer une internationale de mouvements de citoyens (Jean précise qu'il utilise le mot citoyen non dans le sens tarte-à-la-crème qui ne signifie plus rien, mais dans le sens subversif des débuts de la Révolution française).

Le fait que la revendication principale d'ATTAC soit la taxe Tobin (c'est-à-dire un prélèvement de l'ordre de 0,1% sur les transactions financières limitées au change de devises) s'explique par la naissance du mouvement dans un contexte de crises boursières provoquées par des gangs internationaux d'investisseurs attaquant des pays affaiblis, et de délocalisations des entreprises. Bien entendu, l'intention de l'économiste Tobin, lorsqu'il proposa cette taxe en 1972, n'était pas d'introduire un grain de sable dans les rouages du capitalisme mais, au contraire, de le protéger contre la déstabilisation introduite aux États-Unis, sous Nixon, par la fin du système de Bretton Woods (c'est-à-dire, notamment, par la permission de dévaluer le dollar pour relancer l'économie américaine et de ne plus respecter l'équilibre entre les réserves d'or et la monnaie). Quand l'idée a été reprise par ATTAC, ce n'était pas non plus pour brider la spéculation, mais pour pénaliser un tout petit peu l'enrichissement inactif et expliquer aux citoyens le lien entre ce phénomène de spéculation et le capitalisme lui-même.

Ce but pédagogique est très important pour le groupe de Bruxelles, qui organise de nombreuses discussions publiques, par exemple sur le rôle de tous les partis politiques dans les privatisations ou sur l'imposition par l'OMC de lois transnationales non débattues par les parlements. La majorité des membres de ATTAC-Bruxelles sont favorables à un État régulateur, tandis qu'une minorité conteste le système capitaliste en général et pas seulement ses imperfections ou déviations. La défense de l'État s'exprime particulièrement dans la défense de la sécurité sociale, notamment celle du système de santé qui est en train d'être bradé. Contre cela, ATTAC demande qu'on réinvestisse dans les services publics en imposant autrement les riches. Les plus radicaux du groupe sont d'accord sur ce point avec les "réformistes", même s'ils estiment que le capitalisme industriel est, depuis sa naissance au XIXe siècle, lié au capitalisme financier, et qu'il est donc inutile de distinguer un "bon" et un "mauvais" capitalisme.

Citoyenneté
active ou passive ?

Une première question adressée à Jean portait sur ce désir de lancer une nouvelle citoyenneté. La réponse est que cette notion est assez floue dans l'association. Au départ, elle désignait seulement des citoyens passifs, ceux à qui on pourrait venir en aide grâce à la taxe ; mais un débat existe au sein d'ATTAC entre ceux qui veulent confier la gestion de cette aide aux institutions établies et ceux qui veulent la confier aux citoyens eux-mêmes. Jean ajoute que, comme ATTAC attire beaucoup de personnes qui n'ont jamais participé à un mouvement collectif, il s'y passe une véritable éducation à la démocratie, à la transparence, à la responsabilité - et on se rend compte qu'acquérir ces attitudes de base est extrêmement difficile.

Un autre intervenant s'interroge sur l'organisation du mouvement, notamment en ce qui concerne les relations entre les multiples groupes et le secrétariat national. Parmi le détail des explications, on peut relever l'élection du secrétariat à main levée, la prise des décisions importantes par l'assemblée générale, et parfois des frictions entre ces deux instances à propos du contrôle de l'une sur l'autre.

Actions et efficacité

Les actions principales menées par le groupe de Bruxelles sont : des formations pour comprendre l'emprise de l'économie et de la finance, un café politique, des groupes de travail débouchant sur la rédaction et la distribution de tracts. Suite aux recommandations officielles du Canada et de la Finlande de prôner l'établissement de la taxe Tobin dans toutes les négociations internationales, un débat interne est apparu pour décider s'il fallait systématiquement prendre le monde politique comme relais, ou si celui-ci ne s'avancerait de toutes façons que par opportunisme et de manière insuffisante (que peut une "recommandation" par rapport aux diktats du monde financier, sinon jeter de la poudre aux yeux des électeurs ?). Mais peu de membres sont assez avancés dans le processus critique pour renoncer à attendre l'appui des politiques.

En dépit de ces nombreuses réserves, Jean estime que le mouvement ATTAC peut être le lieu de recomposition d'une nouvelle militance, avec une grande ouverture vers des gens qui ne militeraient pas ailleurs, et une plate-forme assez minimaliste pour pouvoir être orientée par les initiatives des membres. Pour lui, il y a moyen de poursuivre la lutte beaucoup plus loin, à partir de cette dénonciation commune de l'enrichissement financier.
 

Annick
Centre Libertaire de Bruxelles


 
 

Libertaire Anarchiste Anarchisme Franc-Maconnerie

franc-maconnerie anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/campion.html


franc-maconnerie anarchisme