LU DANS LA PRESSE LIBRE

Qui dénie son passé
se condamne à le revivre !

L'ancien chancelier autrichien Kreisky aurait dit un jour que le génie des Autrichiens a consisté à faire croire que Hitler était allemand et que Beethoven était autrichien. Ce qui nous rappelle opportunément qu'il s'est toujours trouvé des Autrichiens qui ne sont pas dupes de certains traits du rapport de dénégation entretenu par leur propre pays à son histoire.

Après guerre, en effet, alors que le pays avait ratifié à la quasi unanimité l'Anschluss de 1938, l'Autriche "démocratique" naissait des cendres du Reich en inscrivant dans le préambule de sa constitution une formule par laquelle elle s'auto-désigne comme la première victime du national-socialisme. Moyennant quoi elle aura évité la douloureuse mais salutaire épreuve de l'examen de conscience collectif, permettant aux débris du nazisme de se regrouper dès 1956 dans le FPÖ, qui s'auto-proclame sans vergogne Parti libéral autrichien, et dont Haider a pris la direction en 1986, pour l'amener aujourd'hui au pouvoir.

Celui-ci a ainsi pu surfer sur un courant conservateur et xénophobe, profondément enraciné dans la population. Quiconque a séjourné une fois dans la campagne autrichienne, s'est mêlé à sa population et a écouté ses conversations, a pu reconnaître les thèmes les plus familiers de ce courant : le goût de l'ordre, de la propreté, de l'Anständlichkeit (mot à peu près intraduisible : le conformisme érigé au rang de politesse), le culte de l'entre soi et la méfiance à l'égard de l'étranger n'en sont que les plus avouables. Quant à l'antisémitisme, il va tout simplement de soi. Rappelons qu'au début des années 1960 encore, on a vu des étudiants défiler dans Vienne aux cris de Juda, verrecks ! (Morts aux juifs). Et quand le passé nazi de Kurt Waldheim fut révélé, cela ne l'empêcha pas d'être élu à la présidence en 1987.

L'Autriche n'a cependant pas été la seule à pratiquer cette stratégie de blanchiment de son engagement pro-nazi. Le même type d'attitude et de discours a permis à la France républicaine de maintenir, cinq décennies durant, la fiction d'un Vichy imposé par l'occupant, alors que les travaux des historiens, depuis Paxton, avaient établi combien le régime pétainiste avait été bien au delà des attentes et demandes des petits copains à la croix gammée en matière de collaboration. Et là encore, cela aura permis à l'extrême droite française de refaire surface dans les années 1980.

Même si la prégnance d'un passé non assumé ne saurait expliquer seule la capacité de l'extrême-droite à jouer des contradictions du présent, elle y contribue cependant. Tant il est vrai que la mémoire, reconstruction du passé, est une force active dans la construction du présent et de l'avenir.

À Contre-Courant
1 rue Hugo, 52100 Bettancourt




 

Libertaire Anarchiste Anarchisme Franc-Maconnerie

franc-maconnerie anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/campion.html


franc-maconnerie anarchisme