CHIQUET MAWET

alias Michelle Beaujean
chiquet mawet

Chiquet Mawet

n'est plus !

Le 5 juillet 2000

Chiquet Mawet

... gravement malade depuis un an,
a décidé de refuser tout
acharnement thérapeutique...
Elle nous laisse bien seuls !
Chiquet Mawet était un grand cru.


Irremplaçable.

On aura beau chercher dans les vieilles bouteilles, on n'en trouvera pas d'autres.

Sa plume était celle d'un oiseau rare : le talent. Ce talent ne provenait pas uniquement de son érudition, non, sa force était de pénétrer profondément les choses qu'elle évoquait ; elle connaissait la vie comme le vigneron connaît son vin, elle savait la part du soleil, de la pluie, de la rosée, de la terre, de la pente... Elle était capable de nommer les saveurs les plus subtiles.

Son écriture, splendide de musique, était la voix d'une passion ardente.

Elle écrivait éperdument, comme on tombe amoureux.

Le monde grondait, rugissait, s'affolait, s'effondrait sous sa plume. Chez elle, le verbe se fondait sans cesse dans l'action.

Elle n'écrivait que parce qu'elle vivait intensément.

Ces dernières années, elle a offert aux lecteurs d'Alternative Libertaire une des facettes les plus lumineuses de son talent. Tout ce qu'elle n'a pas su B ou voulu B mettre dans ses œuvres théâtrales ou poétiques, parce que trop brûlant dans l'actualité du monde, trop vivant dans l'humanité quotidienne ou trop brutalement politique ; tous ses coups de gueule, ses coups de cœur, ses coups de blues, tous ses frémissements de la vie immédiate, c'est dans ses chroniques qu'elle nous les a livrés.

À plusieurs reprises, j'ai eu le privilège de la voir écrire sous mes yeux. C'était une chose impressionnante. Elle travaillait au premier étage de sa maison, dans une petite chambre, éclairée d'une seule fenêtre donnant sur un verger sauvage, avec un ordinateur préhistorique. Être à côté d'elle lorsqu'elle écrivait, c'était comme se trouver au pied d'un volcan en éruption. Il suffisait d'une étincelle, d'une simple phrase, d'un bout d'idée à peine ébauchée, et les mots, les phrases jaillissaient comme dans un déluge, avec la vivacité tourbillonnante d'une valse endiablée.

Quelquefois, c'était sur un coin de table, qu'elle se mettait à griffonner, au dos d'un papier d'emballage, dans un débit souple et rapide, avec toujours cette extraordinaire légèreté, cette liberté presque impensable.

On ne saura jamais ce qui lui a pris de mourir comme ça, elle qui savait si bien vivre.

Celles et ceux qui l'ont fréquentée ont sans doute éprouvé les mêmes sentiments : son amitié était un torrent de générosité, d'intelligence et de chaleur humaine.

Elle aimait être optimiste. Par amour. Et par plaisirY Car elle savait que, dans le fond, il n'y a pas beaucoup de raisons de l'être.

Les murs de l'imprimerie d'Alternative Libertaire, ne résonneront plus de ses cris d'indignation, ni de ses énormes éclats de rire.

Je garde encore en mémoire ses regards et ses sourires, au travers desquels, on pouvait lire la moindre de ses émotions. Je crois qu'ils ne me quitteront jamais.

Dans l'une de ses chroniques, elle avait écrit qu'il ne suffit pas de penser pour vivre et agir, mais il faut aussi et surtout ressentir.

La terrible impression de vide que je ressens aujourd'hui est impossible à dire.

Tu me manques...
 

Chiquet Mawet !

 
Gun




 
Chiquet Mawet
 
Libertaire Anarchiste Anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/