libertaire anarchiste anarchisme

transports gratuits !

Il n'y a pas
de capitalisme
à visage humain !

Après Millau, Prague, c'est à Nice que nous nous rendrons pour faire entendre nos voix contre les politiques capitalistes hexagonales de la gauche plurielle ! Le Réseau No Pasaran avec d'autres associations (des groupes d'AC !, le Collectif libertaire de Nice, la Caravane anticapitaliste...) défendront la gratuité et la liberté de voyager pour toutes et tous.

Travail obligatoire et droits
aléatoires : ya basta !

L'Union européenne au travers des Grandes orientations de politique économique (GOPE) poursuit les déréglementations, la destruction des protections sociales et des services publics, entraînant la précarisation des statuts et des revenus. Dans l'hexagone, l'offensive du patronat (PARE) appuyé par des syndicats jaunes envers l'assurance chômage s'inscrit parfaitement dans les mesures européennes. Pour un revenu garanti et la gratuité des services sociaux, sans condition d'âge ni de nationalité. Afin de conquérir le droit à une existence autonome, pouvoir choisir son activité, questionner sa finalité et développer librement ses choix de vie, il faut déconnecter les conditions d'existence de l'emploi. Il y a un enjeu majeur à renverser la flexibilité subie par les travailleurs-ses (en activité ou non) pour se réapproprier et partager les richesses produites sur le terreau de la précarité. C'est également remettre le travail à la place qu'il aurait toujours dû garder : une activité parmi d'autres, déterminée par les besoins individuels et collectifs et non par les lois des marchands. Nous ne perdrons plus notre vie à la gagner !

Liberté de circulation
et d'installation !

Si l'apartheid social prend forme à l'intérieur de l'Union européenne, ses dirigeants organisent également la soumission des zones périphériques. Que ce soit à l'Est ou au Sud, leur stratégie est de tirer le meilleur parti des richesses locales et d'y exploiter au mieux la main-d'œuvre. Les conséquences sur les populations sont désastreuses et des millions de personnes sont poussées à l'exil. Ainsi, dans le cadre des accords de Shengen sur la coopération judiciaire et policière au niveau européen, l'Europe s'est dotée d'un arsenal répressif reprenant les grands axes des lois xénophobes de chaque État. Les drames humains qui se déroulent quotidiennement dans le détroit de Gibraltar ou la tragédie de Douvres (52 morts) ne sont ni plus ni moins que le résultat d'une politique globale de domination et de pillage calculée sur le taux de rentabilité. La crapule financière a atteint des sommets de cynisme et d'arrogance. Il n'y aura de véritable partage des richesses que le jour de la fermeture du dernier centre de rétention et de l'arrêt du contrôle des flux migratoires. Il n'existera de Liberté en acte que lorsque ce seront les marchandises bourrées d'OGM qui circulent librement que l'on jettera à la mer pendant que les collègues d'où qu'ils viennent iront où bon leur semble.

À l'occasion de la mobilisation de Nice, des milliers de personnes convergeront sur la ville, notamment des ressortissants italiens, suisses, allemands, etc. L'État français a déjà réalisé le blocage des contestataires en rétablissant ses frontières à l'intérieur de l'UE (27 mars 99 - 1000 flics à Vintimmille). C'est par la pression et le rapport de force que nous établirons ensemble qu'il nous appartiendra de briser ces murs de la honte.

Pour une Europe des peuples
libres et solidaires !

Que ce soit au travers des États ou des régions économiquement compétitives créées par la construction européenne, les découpages de populations ne correspondent à aucune réalité culturelle, identitaire et démocratique. La marchandisation des rapports sociaux s'appuie sur l'uniformisation des modes de vie pour pouvoir développer la consommation de masse. Si nous voulons que les identités multiples (bretonne, basque, catalane, occitane, galloise, etc.) qui existent au niveau européen se vivent dans l'échange, le métissage et l'interculturalité, il faut être capable de leur rendre tout leur espace. C'est aussi satisfaire des exigences populaires de démocratie de proximité vers la démocratie directe. De même, la mise en place d'un fédéralisme faisant jouer la solidarité entre les peuples peut se vivre comme une perspective d'émancipation politique et sociale. Dans ce cadre, nous exigeons la libération immédiate des militant-es emprisonné-es pour fait de résistance.

Tout comme l'ont démontré les Indiens du Chiapas ou les Sans-Terre du Brésil, prendre ses affaires en main, tout comme la reconquête du pouvoir par les populations, est lié à la réappropriation d'une histoire et d'une culture collective.

Chacune et chacun d'entre nous fait partie de l'offensive qui décidera de l'issue de la globalisation capitaliste.

Œuvrer à l'élaboration de projets antagonistes et sans frontière, tel est le sens de nos engagements locaux et de notre présence ensemble au niveau international.

Réseau No Pasaran
21 ter rue Voltaire, 75011 Paris