libertaire anarchisme anarchiste

CÉCILY FALLA
L'éternel ménage
à trois
Tous les mois,
Alternative Libertaire décline
le dossier
sur les relations hommes / femmes...

Le mythe

 Selon un vieux mythe kabbalistique du Moyen âge, Dieu, au tout début de la Création du monde, n'avait pas créé Adam tout seul mais Adam et Lilith.
 « L'homme et la femme ont été créés simultanément, sans prévalence de l'un sur l'autre et sans différenciation sexuée [...] le créateur désirant qu'il y eût égalité de droit et de nature entre l'homme et la femme. La tradition talmudique a affirme même qu'ils ont été créés unis par le dos; mythe que nous retrouvons dans le Banquet de Platon » (Éric Bidaut, Anorexie mentale, ascèse, mystique, éditions Denoël 1997).
 « Ainsi la première partenaire d'Adam était [...] Lilith. Entre eux surgit un conflit qui portait sur la manière dont ils feraient l'amour, c'est à dire sur les positions respectives de l'un et de l'autre. Lilith contestait à son mari le droit de prendre le dessus et de revendiquer la suprématie au sein du couple, arguant des conditions mêmes de la Création. Adam ne céda pas, affirmant qu'il devait être le seul maître, et la situation ne fit que s'aggraver. Dépitée, Lilith abandonna la partie et après avoir invoqué le nom de l'Ineffable, elle reçut miraculeusement des ailes et s'enfuit hors du jardin d'Éden. Désormais seul, Adam implora le ToutPuissant: "Maître du monde! La femme que tu m'as donnée s'est envolée". Le Créateur envoya alors trois anges à la recherche de Lilith. Celle ci ne voulut rien entendre et refusa de retourner auprès de son mari. Ainsi fut elle punie: elle mettrait au monde de nombreux enfants et cent de ses fils devraient mourir chaque jour. Désespérée par la cruauté de la sentence, elle pensa se jeter dans la Mer Rouge. Touchés par son chagrin, les anges (en cachette de Dieu) décidèrent de lui accorder tout pouvoir sur les enfants nouveaux nés, huit jours après leur naissance pour les garçons, vingt jours pour les filles. De plus, elle jouirait d'un pouvoir illimité sur les enfants nés en dehors des liens du mariage ».
 À présent, il fallait à Adam une nouvelle compagne. Cette fois, Dieu s'y prit autrement.
 « Dans le second récit, la femme est créée secondairement à l'homme, elle est subordonnée et différente. De la côte qu'il avait tirée de l'homme, Yahvé façonna une femme et l'amena à l'homme. Alors celui ci s écria: " À ce coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair! Celle ci sera ma femme car elle a été tirée de l'homme, celle ci (au moins)!" ».

Le patriarcat et son ombre

 Refoulé de l'histoire de la Création, dont le plus souvent nous ne connaissons que la version "la femme tirée d'une côte d'Adam", le premier récit raconte le conflit entre deux égaux, Adam et Lilith.
 Ève est l'absolu de la féminité. Donc, elle ne sera pas une femme. Elle est une image, qui fonctionne comme un modèle. Elle est la compagne idéale de l'homme.
 Dans la société patriarcale, les femmes n'ont pas d'autre choix que de faire semblant d'être ce modèle et cette compagne, ou bien de s'envoler hors de la famille et d'errer toutes seules comme Lilith, sans homme, sans descendance et forcément dans un rapport particulier à la mort, consistant dans la contemplation de l'inanité de leur existence particulière.
 « Bien sûr, Lilith voua à Ève qui la remplaça auprès d'Adam, une jalousie haineuse et tenace ».
 Et inversement, car l'herbe est toujours plus verte chez les autres. Ève, la femme qui se consacre à l'épanouissement de la personnalité de son compagnon et à la réalisation de son ambition, envie secrètement Lilith qui est elle même...
 Ève envie Lilith parce que Lilith reste elle même et ne s'aliène pas en l'homme, et Ève envie Lilith parce que Lilith est un aspect d'elle même. Lilith est même la vraie personnalité d'Ève, sa personnalité virtuelle. Ève et Lilith sont les deux faces clivées de la femme, et ces deux personnages clivés résultent du choix exclusif devant lequel se trouve la femme dans la so-ciété patriarcale: devenir elle même ou jouer son rôle de compagne de l'homme, mère et fée du logis.
 Depuis lors, Lilith erre et de petits anges au coeur tendre mais dépourvus de jugeote lui ont cédé de dangereux pouvoirs sur les braves familles légitimes. « La tradition identifie Lilith au serpent tentateur ».
 À propos de « la question de la position respecti-ve de l'homme et de la femme dans l'acte sexuel [...] le chanoine J. Coppens formule l'hypothèse suivante quant à la teneur de la faute: le serpent a voulu séduire la mère du genre humain pour qu'elle se livre à l'une de ces pratiques gravement pécheresses, contre nature, en vue d'éviter la progéniture [...] acte de sodomie, refus du commerce sexuel "normal" et "toutes sortes d'abominables unions" représentent les affronts de Lilith à l'ordonnance de la Création ».
 Lilith revient tenter Ève, ou Ève est tentée par l'exemple de Lilith.
 « Lilith devient [...] dans la tradition, l'inspiratrice des déviations sexuelles: homosexualité, masturbation, actes dits contre nature, refus des commandements et de la création du Père. C'est encore elle qui, s'attaquant aux femmes en couches, manifeste sa haine de l'union hétérosexuelle et de la perpétuation de la chair [...] Lilith, la première Ève, sous les traits du démon tentateur, est une figure féminine terrifiante et infanticide ne décolérant pas de son état de proscrite, en guerre contre la prérogative phallique ».

Et Adam là dedans ?

 Eh bien, il n'est pas plus serein ni plus satisfait que ses deux compagnes successives. À vrai dire, Dieu n'a pas mieux réussi sa deuxième femme que sa première, car Adam n'est pas si parfaitement heureux qu'il n'y paraît avec sa petite Ève. À mesure qu'elle met son point d'honneur à se transformer en un reflet sans surprise de lui et de ses désirs, il commence à s'ennuyer à ses côtés. Alors, il a bien envie de donner des rendez vous discrets à Lilith et de se faire un peu bousculer.
 Ève est pâle de jalousie envers elle et la craint comme la peste. Ève qui a tout sacrifié.
 De plus, s'il est plaqué par une Ève soudain redevenue Lilith, Adam n'a de cesse de tomber amoureux d'une autre Lilith. Ensuite, il essaye de la transformer en Ève, mais comme on ne change pas quelqu'un, ils vont vers une nouvelle séparation. Adam est plein de contradictions lui aussi: il ne s'intéresse qu'aux Lilith, mais à un moment donné, il a envie d'avoir la paix au foyer et fait pression sur Lilith pour qu'elle devienne Ève!
 Après tout, Adam a aussi mordu dans le fruit pour savoir comment bricoler ou chambouler la Création lui même dans l'espoir d'un bonheur plus grand que celui octroyé par le Créateur.
 Et voilà! Lilith a erré longtemps toute seule et elle ne s'est pas jetée dans la Mer Rouge. Maintenant, Adam erre aussi.
 Qu'ils fassent à l'idéal de complétude conjugale un enterrement carnavalesque, et le lendemain, dégrisés, qu'ils se montrent bons bricoleurs.

Cécily Falla

 
 

Libertaire Franc-Maconnerie


franc-maconnerie anarchisme