MOUVEMENT DE CHOMEURS


Paroles du pavé
Étudiant, réveille-toi !

    Étudiant, tu n'es qu'une marchandise. Et en tant que marchandise, ta seule liberté est celle de circuler, à laquelle tes gardes-chiourme tiennent tant. Aller et venir, changer d'employeur, de résidence, de brosse à dent, de vagin ou de verge, voilà l'espace de ta stérile agitation, le lieu désolé de ta jeunesse sans passion, voilà le volume de la cellule où tu t'étioles et dont tu as si peur de toucher les murs.
    À l'université, tu n'apprends guère qu'à te soumettre, et à t'ennuyer; il faudra quelques années de ce dressage aride pour faire de toi un bon salarié, dans le meilleur des cas, ou sinon un chômeur respectueux de ses maîtres. Il n'est pas rare que tu te flattes de la profondeur de ton obéissance, ou de la malice de ton ambitieuse soumission. Pauvre con ! qui ignore que l'on n'accède au pouvoir que pour s'y être intégralement soumis; pas avant, donc, d'avoir renoncé à toute espèce d'existence individuelle. Il n'est pas une seule dignité qui, dans la société présente, ne se donne immédiatement pour une indignité, et tu le sais.
    Tu te demandes aussi, à certains instants d'angoisse, ce que tu voudrais vraiment faire. Mais à cela il n'y a, bien entendu, pas de réponse: comment pourrais-tu désirer en tant qu'homme ce que tu peux faire en tant qu'étudiant ?
    Le mal-nommé "mouvement des chômeurs", qui n'est rien d'autre que la révolte des hommes libres contre un ordre social où nul ne trouve plus d'emploi à ses facultés, est porteur d'une radicalité qui seule peut te sortir de ton insignifiance. Il s'adresse à chacun en tant que singularité quelconque. Il ne réclame rien de moins que l'abolition du tra- vail salarié, et du désert social qui est nécessaire à son maintien.
    Il ne discourt pas; il agite, occupe, assiège, détruit. Il est déjà, pratiquement, I'expérimentation de modes de vie, de joies, de communautés sans précédent. Contre le bonheur grelottant des consommateurs tapis dans leur moquette, il est la déflagration de la vraie vie qui emportera dans un éclat de rire gigantesque l'empire de l'ennui, du calcul et de la séparation. Rien ne peut dispenser la vie d'être-passionnante.
    L'échec formidable de cette société est patent, en tous les domaines; elle avoue elle-même qu'elle n'est plus, pour l'essentiel, réformable.
    Sa destruction est d'autant plus imminente que les fous qui font mine de la gouverner sont devenus sourds. Cela nous épargnera la peine d'avoir à discuter avec eux, et nous aurons moins de remords, aussi, à les éliminer. Il ne nous reste donc qu'à exécuter la sentence qu'elle a depuis longtemps déjà prononcé contre elle-même. En occupant la fac de Jussieu, par exemple, et en vouant à la métamorphose de la société ce que l'on avait soigneusement destiné à sa reproduction.
 



 

Libertaire Anarchiste

Anarchisme Franc-Maconnerie

editions libertaires


libertaire