individu groupe humanité

Le groupe :
un intermédiaire
dangereux

.
En 1099 de notre ère,
Godefroy de Bouillon et ses croisés perçaient
les défenses de Jérusalem. Dès cet instant, commençait le martyre de la ville.
.
En quelques jours, la chasse aux "païens" fit périr 60.000 hommes, femmes, enfants. Selon les chroniqueurs médiévaux, les égorgeurs chrétiens pataugeaient dans le sang, parfois répandu jusqu’au niveau des chevilles ! Lorsque ce massacre prit fin, les "combattants de la vraie foi " entonnèrent des cantiques. Ils louaient ainsi la bonté de leur dieu, le remerciaient pour une si totale victoire. L'amour évangélique prôné par Jésus-Christ, accouchait d'un carnage !
 Il fallut attendre le siècle des Lumières, pour qu’une alternative valable soit opposée aux excès du fanatisme. L’homme est naturellement bon, certifiait Jean-Jacques Rousseau. Et la société, devait rétablir cet angélisme. Aussi, quand survint la Révolution de 1789, l’intolérance religieuse et le despotisme, furent déclarés hors-la-loi. Désormais, la liberté, l’égalité, la fraternité, allaient régner sans partage. La barbarie semblait vaincue.
 On connaît la suite. Cette démocratie adulée des philosophes, aussitôt se mit à... couper les têtes ! Le bonheur est une idée neuve en Europe !, s’écriait Saint-Just, tout en envoyant des charretées entières de ci-devant à l’échafaud ! De même, les vertus républicaines s’accommodèrent des noyades de Nantes ainsi que du génocide vendéen. Plus tard encore, les démocrates détournèrent pudiquement les yeux des conquêtes coloniales, de l’écrasement des communards, du travail des enfants, de la misère sociale...
.
Marxisme et inquisition
.
 Le char de l’humanité gisait à nouveau dans l’ornière. C’est alors que Karl Marx proposa de reprendre la route. Lui, connaissait le bon chemin : celui qui mène au bonheur de tous. Le paradis se situait ici bas, à la portée des masses populaires. Et les évangiles communistes, serviraient de balises à l’avancée vers cet éden prolétarien. Cette fois, l’idéal nouveau semblait solide, voire "scientifique". La foi marxiste en effet, s’appuyait sur l'histoire et l'économie. Alors, dans un bel enthousiasme, la croyance se répandit par-delà toutes les frontières.
 Las, chacun sait aujourd’hui ce qu’il advint de cet élan généreux. Très vite, l’éradication des injustices économiques apparut comme prétexte à l’instauration d’un totalitarisme différent. Partout les pontifes rouges s’appliquèrent à préserver leur pouvoir, en s’appuyant sur la pureté du dogme. Tous les dissidents, bien des innocents, mais aussi nombre de militants sincères, furent accusés d’hérésie (déviationnisme, individualisme petit-bourgeois, révisionnisme...). En plein XXème siècle, ils subirent une nouvelle inquisition, confessèrent publiquement leurs "fautes", furent jetés en pénitence dans des camps de rééducation et asiles psychiatriques, ou périrent en de modernes Saint-Barthélemy. En outre, c’est par millions que se dénombrent les victimes des croisades révolutionnaires, entreprises pour le "bien supérieur de l’humanité" ! Les fanatiques chrétiens d'autrefois et les dévots communistes, se rejoignaient ainsi dans l’horreur !
   Après pareils désastres, scepticisme et pessimisme étaient inévitables. Nos contemporains ne croient plus, n’espèrent rien. Les idéologies sont ravalées au rang des superstitions néfastes. Et, le combat politique paraît complètement disqualifié. Car, si toute rénovation profonde de la société débouche sur le crime, il vaut mieux laisser les choses en place. Dès lors, face à cette "fin de l’histoire", et en pleine "ère du vide", seul subsiste le plus grossier des égoïsmes.
 L'homme n'est-il que ce loup avide du sang de ses semblables ? Et, pourquoi les plus beaux idéaux dégénèrent-ils en affreux cauchemars ? Mais aussi, une société meilleure peut-elle encore s'édifier ? N'y a-t-il donc plus rien à entreprendre ?
.
Humain et humanité
.
 Pour répondre à ces questions, considérons trois composantes essentielles du phénomène humain : l'individu, le groupe, l'humanité prise dans son ensemble.
 Si l'on enlève à ce trio la notion de groupe, une heureuse harmonie s'installe aussitôt. La communion de l'individu avec l'espèce humaine, s'établit naturellement. Parce que chacun possède en lui, le désir de s'associer aux autres hommes. C'est pourquoi, il arrive que des soldats en guerre fraternisent avec l'ennemi, échangeant du tabac ou du vin entre deux tueries. Car la sociabilité ne s'embarrasse pas des nationalités, des races, des différences. Bien plus, cette bienveillance envers autrui souvent s'épanouit en solidarité véritable. Qu'une catastrophe survienne, et l'entraide s'organise spontanément. Dans nombre de tragédies, même le réflexe du sauve-qui-peut ne se déclenche pas. On voit alors certains négliger toute sauvegarde et, parfois, sacrifier leur vie pour venir en aide à des inconnus.
 Il semble bien que la sympathie et l'altruisme soient des comportements innés. Aux temps préhistoriques, d'effroyables conditions d'existence favorisaient les individus solidaires. Sans les apports du monde moderne, seule une union solide permet de lutter contre la faim, le froid, les bêtes féroces. Et, ceux qui se révélèrent incapables de coopérer ont vraisemblablement disparu. L'humanisme est une attitude philosophique admirable, mais sachons que ses fondements résultent de la sélection naturelle.
 Nos lointains ancêtres ne nous ont pas légué que cette seule propension à la convivialité. Notre patrimoine génétique, contient aussi la volonté potentielle de dominer les autres. Il s'agit là d'un héritage très ancien., car dépassant les 180.000 ans de l'homo sapiens actuel. L'origine de la dominance en effet, se perd dans la nuit des temps, dans le flou d'une animalité première. Il nous faut compter en millions d'années, remonter ces mutations successives qui changèrent quelques grands singes en préhumains. Et, concevoir cette époque où des brutes au crâne épais, s'imposaient par la force physique, terrorisaient leurs congénères, monopolisaient les femelles de la horde.
 L'homme apparaît donc comme un être crucifié. D'une part, il souhaite une amicale collaboration avec ses pareils ; d'autre part, il s'évertue à dominer ceux-ci. Or, c'est en jouant abusivement de cette dualité que se structurent tous les groupes.
.
Le groupe contre l'individu
.
 Ces regroupements sociaux, peuvent prendre différentes formes. Parmi celles-ci, la plus radicale correspond à l'État, de type fasciste ou stalinien. Cependant, existent aussi des communautés nettement plus débonnaires ; par exemple, le football-club communal de Rawette-les-cloches. Entre ces deux extrêmes, s'épanouit l'innombrable variété des bandes, factions, sectes, églises, partis politiques, syndicats, entreprises commerciales, classes sociales, peuples, nations, ethnies, races... Cette diversité, s'échelonne selon l'importance des enjeux et l'intensité des passions. Mais qu'ils soient grands, petits, agressifs ou pacifiques, tous les groupes fonctionnent en vertu d'une même mécanique.
 Toujours, la communion entre l'individu et l'espèce se trouve dévoyée. La fraternité, ne s'exerce plus envers tous les hommes. Car, on distingue les "semblables" des "autres". Dès lors, un "intégré" obtient l'appui de sa communauté. Ainsi que ce minimum de chaleur humaine, qui favorise l'insertion et stimule l'esprit de corps. Quant aux "externes", ils se voient considérés avec indifférence, sinon avec agressivité. Afin de s'en convaincre, songeons au football, à la vindicte partisane des supporters, aux échauffourées qui parfois en découlent.
 Pour soutenir ce détournement de la sociabilité, chaque système aiguillonne le désir de dominance. Dans ce but, les membres du groupe sont automatiquement investis d'une prétendue supériorité. Cette valorisation par la seule appartenance, permet la condescendance ou le mépris envers les formations rivales. Ainsi, certains se revendiquent de la "race des seigneurs", disent appartenir au "peuple élu", se nomment les "fils du ciel"... Ce qui correspond au stade ultime de la fatuité collective. À cet échelon, une habile propagande enlèvera même aux adversaires le statut d'être humain. Ceux d'en face, se percevront comme autant de nuisibles menaçant la collectivité ! Ils seront alors, poursuivis d'une haine féroce. Et, en cas de guerre, leur élimination s'envisagera sans problèmes de conscience. On punit sévèrement le meurtre du prochain (de celui qui est proche), mais on récompense les aviateurs qui rasent une ville ennemie.
 Le processus de dominance, s'exerce également de manière interne. Toute communauté, produit ses leaders. Or, seuls seront promus comme tels, ceux qui permettent au groupe de prospérer. Néanmoins, beaucoup se précipiteront pour gravir l'échelle sociale, avec l'espoir de rejoindre cette "élite". Une inévitable bousculade s'ensuivra, dans laquelle la plupart joueront des coudes et, à l'occasion, piétineront le voisin. Ici, les hommes regroupés se posent en concurrents au sein d'un même ensemble. Et, toujours aussi manipulés, ils refoulent à nouveau l'entente et la cordialité.
.
Hiérarchie et normalisation
.
 Le groupe maintient son existence grâce à sa cohésion, grâce à son homogénéité. C'est pourquoi, il s'efforce de réduire la diversité naturelle des individus, sous peine d'éclatement. En conséquence, il impose à ses membres une manière d'être. Les particularités individuelles deviennent alors des "qualités" ou des "défauts", selon que l'on s'approche ou non du modèle standard. Si, par exemple, l'image obligée correspond à "l'homme économiquement performant", chacun se verra catalogué comme "très rentable", "peu rentable", voire carrément "inutile". Ce qui revient à transformer les différences en inégalités. Et la plupart, reniant un "moi" intrinsèque, se façonnent selon le moule, capitulent devant les exigences de la règle. Mais, cette victoire du conformisme sur l'originalité, là encore, peut conduire au drame. Car, lorsque la norme se montre particulièrement sévère, les déviants, les insoumis, risquent d'y perdre leur liberté, ou la vie.
 Plus le groupe est puissant, plus il bride la personnalité de ses adeptes. Toutefois, ces derniers soutiennent avec ferveur un tel maître. Parce que celui-ci leur décerne un statut. En fait, la splendeur du joug rejaillit sur chaque assujetti. La base obtient du prestige pour sa totale soumission à l'ensemble, les chefs dilatent leur narcissisme en commandant de zélés subalternes. Mais tous, veulent que se perpétuent semblables "privilèges". Dès lors, la structure ne peut se mettre à dépérir. Chacun s'activera donc, afin d'assurer la permanence du système. Aussi, le but premier du groupe correspond-il à ce besoin vital. Ce qui requiert de contrer les formations adverses, ainsi que d'endiguer toutes contestations intestines. Dans cette voie, la hiérarchie justifiera sa position dominante en arguant des succès obtenus. Viendrait-elle à faillir, qu'elle risquerait de choir. À cause d'une telle pression, la stratégie des dirigeants tiendra toute entière dans l'infâme la fin justifie les moyens. Avec les conséquences que l'on devine...
 Le clan ne se contente pas d'assurer sa survie par tous les moyens. Une telle recherche de la force, occasionne tôt ou tard une inextinguible soif de pouvoir. Passion qui se mue aussitôt en objectif prioritaire. Le groupe, œuvre des hommes, alors évolue en prédateur à part entière, comme un golem se soustrayant à la tutelle de ses créateurs. Et ceux-ci, ne pourront que masquer cette métamorphose. La "raison d'État", "l'intérêt du parti", la "gloire de Dieu"... sont de ces oripeaux dont on recouvre un système, pour voiler sa volonté de puissance. Mais le dessein initial, le projet des origines sur lequel se fondait l'union, se verra piétiné. Dans son délire mégalomane, l'organisation implacable tue le bel idéal. Dès lors, ne nous étonnons pas quand un parti politique célébrant Jean Jaurès - donc de gauche, pacifiste, antimilitariste - fournit un secrétaire-général à l'OTAN, pourvoit la Défense Nationale en ministres, perçoit des "commissions" émanant d'avionneurs militaires. Ou encore - sur une autre échelle et culminant dans l'atroce - ces petits enfants d'Algérie, débités vifs à la hache au nom d'Allah le Miséricordieux !
 Il ne saurait y avoir de bon groupe. Même le plus innocent, diffuse des germes pernicieux. Car la dominance et la fraternité, se disposent selon le principe des vases communiquants. Lorsque l'une vient à s'accroître, l'autre s'anémie en proportion. De la sorte, le groupe impose son ordre hiérarchique, aux dépens d'une harmonie universelle. Il favorise la division, les conflits d'intérêt, la compétition, la guerre, la mort. C'est un intermédiaire dangereux parce qu'il s'interpose entre l'individu et l'espèce humaine, avec pour résultat de neutraliser la concorde.
 En tant qu'être social, l'homme ne saurait se placer à l'écart de ses semblables. Il doit s'intégrer à quelque ensemble, s'il veut exaucer sa vraie nature. L'absence des autres compromet son développement, lui cause une angoisse névrotique. Dès lors, la nocivité des regroupements sociaux suscite une question cruciale. Car si l'on ne peut valablement vivre en solitaire, de quelle façon réaliser alors une communauté qui ne soit pas un groupe ? Comment vivre en société tout en pratiquant l'ouverture, tout en évitant subordination et agressivité ? Heureusement, la solution à ce problème primordial nous a été donnée, voici 150 ans, par un intuitif de génie : Max Stirner. Et son célèbre livre (L'unique et sa propriété), le range parmi les pères-fondateurs de l'idée anarchiste.
.
L'égoïsme et l'association
selon Max Stirner...
.
 À l'égoïsme du groupe, Max Stirner oppose l'égoïsme de l'individu. Et ceci, réclame une mise au point. Car cet égoïsme, ne signifie nullement une poursuite effrénée de l'intérêt personnel, ainsi que nous le constatons actuellement. L'avidité générale d'aujourd'hui, ne profite qu'au pouvoir. Parce que ce dernier établit son échelle hiérarchique, par le bais de la consommation. Ainsi, lorsque mon voisin exhibe quelques babioles de grand luxe, il se pavane en vainqueur, se pose en dominant. À la condition toutefois, que ce détenteur de colifichets rencontre mon regard admiratif. Et si le snobisme m'ébranle à mon tour, j'accomplirai des efforts afin d'acquérir semblables attributs de "standing". Ce faisant, je soutiens la structure qui m'opprime, renforce à la fois mon aliénation et celle des autres. Mais il m'est loisible, de réagir à la manière de Max Stirner. En ce cas, je me regarde comme quelqu'un de tout-à-fait unique. Il s'agit ici, de reconnaître sa différence fondamentale. Or, une fois cette découverte accomplie, se produit une totale approbation de soi. Très vite, je deviens pour moi-même l'idéal qu'il me faut suivre. Par conséquent, les valeurs du groupe ne me concernent en rien. Et le luxe étalé par mon voisin, ne me paraît plus un modèle à imiter. Ce que lui croit estimable, ne peut répondre à mes aspirations particulières. L'égoïsme individuel de Max Stirner, correspond donc à cette autonomie.
  Consentir à sa singularité, c'est dire un "oui" sans conditions. À soi, d'abord ; aux autres, ensuite. L'originalité, invite à la bienveillance. L'égoïste ne juge pas ses frères en diversité. Et ce d'autant moins, qu'il y trouve son intérêt. Le multiple en effet, protège de la norme. Mais cette acceptation d'autrui s'amplifie, si ce dernier entreprend la même démarche. Le respect intégral et mutuel, permet alors de s'assembler sans dommages. Car un tel rassemblement unit sans dominer. Max Stirner appelle association, cette parfaite substitution au groupe.
 L'association des égoïstes, se présente sous la forme d'un accord entre individus affranchis, égaux, différents. Ce sont là de réels associés, poursuivant un but commun, à leur plus grande satisfaction. Aussi, l'aspect quelque peu "juridique" de ce contrat, pourrait déplaire. Certains, regretteront le manque de passion qui préside au mariage. Mais la ferveur dans l'alliance, est une sève qui s'altère en poison corrosif. Verser dans l'exaltation idéologique, dénature la personne, la dégrade en rouage pour mécanisme de groupe. C'est pourquoi Max Stirner dénonce tous les idéaux communément respectés. L'homme qui se veut libre, va donc refuser de sacraliser les institutions, de diviniser les chefs, de sanctifier les contraintes. Grâce à la plus froide lucidité, l'égoïste conforte l'association, tout en usant des avantages que celle-ci procure. Par contre, jamais rien ni personne ne pourra se servir de lui.
 En Mai 68, parmi nombre de slogans reproduits sur les murs, cette phrase : L'anarchie c'est "Je". Or, derrière cet hommage indirect rendu à Max Stirner, se profile une morale. À l'heure de l'abrutissement médiatiquement organisé, de la massification, des manipulations génétiques qui s'annoncent, du clonage... instaurer la centralité de l'individu devient une valeur prioritaire. De même, une fédération mondiale d'associations de toutes variétés, s'impose au prochain siècle. Parce que des groupes nationalistes et religieux, se dotent peu à peu d'armes chimiques, bactériologiques, nucléaires. Pendant que d'autres groupes, commerciaux et productivistes ceux-là, pratiquent une guerre économique ravageant notre biosphère. Appliquée dans le passé, l'alternative libertaire eût épargné bien du sang, de la souffrance, et des larmes. Maintenant, il ne s'agit rien moins que d'empêcher les apocalypses à venir. En cela, l'anarchie est une éthique. Mais elle représente aussi le seul idéal qui vaille : l'unification du genre humain par l'émancipation totale des individus.
   Et n'y-a-t-il pas là, encore une belle aventure à tenter ? (1)
.
Gablou
.
(1) Le lecteur intéressé par une approche scientifique (non polémique) des problèmes posés par le groupe et la dominance, consultera avec intérêt les ouvrages de Henri Laborit ; par ailleurs maintes fois cités dans ces colonnes.
 

 

Libertaire Anarchiste

Anarchisme Franc-Maconnerie

editions libertaires


ile oleron