les pétitions du
.
Collectif contre
les Expulsions
.
Appel
au boycott de la Sabena
.
 À Monsieur Reutlinger, Président de la Sabena
.
.Monsieur,
 Vous n'êtes pas sans savoir que l'État belge s'est engagé dans une politique de déportations massives. L'objectif annoncé par l'Office des Etrangers, pour 1998, est de 15.000 expulsions.
 Nombre de personnes victime de cette pratique refusent de partir, craignant pour leur intégrité physique ou morale. Des moyens répressifs sont alors mis en œuvre pour les forcer à quitter le territoire. L'usage de menottes pour attacher les pieds et les mains est le plus fréquent, ainsi que la contrainte et la violence à l'encontre des déportés.
 La pratique des déportations comprend trois acteurs : l'Office des Étrangers, la Gendarmerie et enfin la Sabena.
 Les deux premières se rendent quotidiennement coupables d'atteintes à la dignité humaine et aux droits de l'homme en général. L'État belge est ainsi régulièrement condamné et la cible de nombreux rapports d'organisations de défense de Droits de l'Homme.
 En collaborant activement à cette politique, la Sabena se voit de fait placée au rang de complice de ces méfaits. La compagnie a beau se réfugier derrière la loi, il n'existe en matière de déportations aucune obligation légale.
 Considérant ce dernier élément, et dans le respect de la dignité de chaque personne, quelque soit sa couleur de peau, sa nationalité, son sexe... nous demandons à la Sabena de cesser cette collaboration douteuse et à refuser toute demande de déportation émanant de l'Etat belge ou d'un autre.
 En, attendant que cette décision soit adoptée par votre compagnie, nous nous engageons à ne plus utiliser les services de la Sabena et à lui préférer une compagnie plus respectueuse des Droits de l'Homme. Dans le cas où nous y serions contraints faute de mieux, nous nous engageons à faire échouer toute
 tentative de déportation qui se déroulerait sur l'un de vos avions.
 Confiants dans l'attention que vous porterez à ce message, veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les plus sincères.
.
Nom, adresse et signature
.
À renvoyer au
Collectif contre les Expulsions

Libérez Semira Adamu

.
 À l'intention de M. Louis Tobback, Ministre de l'Interieur
.
 Monsieur le Ministre, Nous souhaitons attirer votre attention sur le cas d'une jeune femme actuellement détenue au centre 127 bis de Steenokerzeel.
 Semira Adamu a 20 ans, elle est nigériane. Sa belle mère (ses parents sont morts) veut la marier à un homme de 65 ans, qui pourtant a déjà trois femmes. Refusant cet avenir, elle s'est enfuie vers le Togo. Elle a du le faire plusieurs fois mais son futur époux, qui a le bras long, a réussi à la ramener. Comme, même au Togo, elle ne pouvait trouver la paix et la sécurité, elle a choisit de partir plus loin. Elle est arrivée en Belgique le 25 mars de cette année. Directement transférée et incarcérée au centre fermé 127 bis, elle a attendu son permis de séjour, mais sa demande d'asile a été déboutée. La Convention de Genève ne couvre pas son cas. Un recours pour raisons humanitaires a été introduit, sur base de l'article 9.3. Mais celui ci n'est pas suspensif et Semira peut donc être expulsée du jour au lendemain.
 Nous estimons que l'expulsion de cette jeune personne, aux vues de son histoire et de ce qui l'attend dans son pays, constituerait une faute grave de la part de la Belgique.
 C'est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Ministre, de bien vouloir prendre les dispositions qui sont en votre pouvoir pour permettre à Semira Adamu de vivre en sécurité et dans la paix en Belgique.
 Nous vous remercions d'avance pour l'attention que vous voudrez bien porter à cette missive et vous prions, Monsieur le Ministre, d'agréer l' expression de nos sentiments distingués.
.
Nom, adresse et signature
.
Collectif contre les Expulsions
 

 

Libertaire Anarchiste

Anarchisme Franc-Maconnerie

editions libertaires


ile oleron