libertaire anarchiste anarchisme

Les horreurs médiatiques

Vaincre le stress
en sept leçons

D'après le journal Le Soir
du 12 décembre 1998 (1).

Leçon 1 - Mobilité

La première chose à apprendre est la mobilité. Tout le monde est convaincu que l'horizon de certitude s'est considérablement réduit, euphémise le consultant en executive search (chasseur de têtes) Philippe van Heurck. Cela pousse d'ailleurs certains cadres à prendre les devants et à quitter une entreprise dont ils sentent que l'avenir est à terme compromis ou dont ils ne partagent pas la vision stratégique.

C'est facile, y'a qu'à étudier le soir pour passer des sélections là-bas pendant qu'on bosse ici. Question de double vie, c'est tout. Quoi ? Et si les deux vies de votre double vie ne sont pas toutes les deux consacrées au travail ? Mais c'est votre choix, ça ! Que voulez-vous qu'on y fasse ?

Leçon 2 - Le bon choix

Vous l'avez compris: quoi qu'il arrive, surtout faites le bon choix, et vous serez récompensé ! Prenez exemple sur Fabrice, un jeune ingénieur civil fraîchement diplômé qui se rend aux forges de Clabecq le mardi 4 novembre 1997 en vue d'un stage non rémunéré d'un mois. C'est-à-dire un mois de bénévolat aux Forges, et ceci non dans le cadre des études mais après celles-ci (2). Entre-temps, le mercredi 5 novembre 97, Fabrice a aussi un entretien dans une société de Gilly, près de Charleroi. Cette firme lui propose un contrat de six mois. Fabrice demande à réfléchir. Le lendemain, il a tout réfléchi : il refuse le contrat de six mois à Gilly et commence son stage non rémunéré à Clabecq.

Gagné ! Un mois plus tard, il décroche un contrat à durée déterminée aux Forges, qui est transformé en contrat à durée indéterminée en juin 98. C'était un coup de poker, explique-t-il [...] Les Forges étaient en plein conflit social à l'époque. Je savais qu'il faudrait repartir à zéro et qu'il y aurait donc des places à prendre. Fabrice, qui a aujourd'hui 27 ans, est responsable de l'entretien mécanique des hauts fourneaux. Je suis convaincu à 100 % de l'utilité des stages, même non rémunérés, conclut-il sur la base de son coup de poker devant tout le public du Soir. Passionnant n'est-ce pas ? Comme dans le film à suspens où le démineur arrive devant un petit fil rouge parallèle à un petit fil vert sans savoir lequel fait exploser la bombe avant l'échéance et lequel la désamorce : c'est là qu'on se sent vivre !

Leçon 3 - Refuser le confort

Celui qui affirme ne pas vouloir changer est [-il] un "looser"? se demande avec angoisse quiconque lit le Soir gentiment sans endoctrinement extrémiste préalable. Je n'en suis pas persuadé, répond aussi charitablement et modérément le consultant Edwin Birnbaum. La mobilité [...] ne doit pas être recherchée pour elle-même. Autrement dit, malgré les exhortations subséquentes à la mobilité, le salarié n'a pas à y prendre goût. Seulement, la croissance d'une entreprise passe [...] par la présence en son sein d'hommes et de femmes qui n'acceptent pas le confort et veulent faire avancer les choses [...] Indépendamment de la fonction qu'on occupe, l'important est de ne pas s'y endormir...

Leçon 4 - Le cas de Sylvie

Sylvie est employée dans une grande banque depuis 25 ans. L'essentiel de sa carrière s'est déroulé en agence. Et, comme elle dit, les temps ont bien changé depuis ses débuts (...) D'abord, confie-t-elle, la quantité d'informations à ingurgiter ne fait que croître (...) Vous êtes prié d'être plus performant envers le client (...), tout en vendant de plus en plus et le plus vite possible. En même temps, le nombre de personnes travaillant dans les agences fond à vue d'œil. L'informatique était censée compenser. Du coup, on a demandé aux commerciaux en contact avec le public de gérer eux-mêmes l'"après-vente", tout le suivi administratif (...).

Phénomène plus récent mais qui va en s'accélérant, poursuit Sylvie: dès 40 ans, on vous fait comprendre, par petites touches, que vous êtes bon à jeter. La veille encore, votre boulot était apprécié, et tout à coup, vous n'êtes plus assez rapide sur le clavier, plus assez ceci, plus assez cela. Vous êtes tenu à l'écart de la formation à un nouveau logiciel, et puis on vous reproche de ne pas le maîtriser. On vous dit que vous coûtez cher, surtout par rapport aux jeunes surqualifiés et sous-payés, engagés avec des contrats précaires... Après plusieurs absences de quelques jours par ci, quelques jours par là pour cause de "fatigue", Sylvie sera finalement mise un an en congé pour "dépression".

Oui c'est bien malheureux mais voilà: tournez deux pages du journal et vous aurez la réponse. Il ne fallait pas s'endormir ! (voir la leçon 1).

Leçon 5 - Grille d'analyse
du phénomène du stress

Mmmmm, grille d'analyse, kit de sensibilisation, module de panel de fourchette de panoplie d'outils de réflexion... cela va sans dire mais pour vaincre le stress, il faut avant tout aimer ce vocabulaire. Comme le disait Primo Levi, c'est une langue ort-und zeitgebunden, liée au lieu et à l'époque (...) Là où l'on fait violence à l'homme (...) on le fait aussi à la langue (Les naufragés et les rescapés, Gallimard 1989, p. 96).

Bon, alors, comment analyser le stress? Le stress est une banalité et donc une fatalité de la vie moderne, qui peut cependant engendrer la dépression chez les personnes qui y résistent mal, comme Sylvie, et tant pis pour elles. Je suis patron ici depuis 25 ans, et j'ai toujours bien résisté au stress, claironne Robert Hill-Derive, PDG de Data Documents, 200 personnes. Bref, on a la résistance au stress ou on ne l'a pas. Alors, pour s'entraîner à l'avoir, il faut consommer l'un ou l'autre kit de produits. Encore consommer... mais si, mais si !! Essayez l'acupuncture, la relaxation, l'hypnose, le prozac, le psy et son analyse fonctionnelle, l'eutonie, la bioénergie, l'instinctothérapie, les patches, les marrons dans les poches ou le pélérinage à Saint Jacques de Compostelle, et si vous n'aimez pas ça, essayez tous les loisirs et de tous les hobbies que vous pouvez, du benji aux maquettes en passant par les amis des oiseaux et vous trouverez bien quelque chose qui vous convient ! Voyez que ce ne sont pas les produits qui manquent, qu'il y en a pour tous les budgets, qu'on n'arrête pas d'en inventer, que vous avez l'embarras du choix; alors si vous êtes encore stressé, c'est que vous le voulez bien.

Leçon 6 - C'est la nuit
qu'il est beau de croire à la lumière

Et même si vous voulez vous complaire dans votre souffrance, avec un peu de chance vous recevrez quand même votre kit anti-stress, gratuitement, de la part de votre employeur.

Tonus 99 est le nom d'une campagne de "vaccination" massive contre l'excès de stress, qui vient d'être lancée à l'intention de quelque 2000 sociétés de plus de 100 personnes. Attention : cette opération ne fonctionnera que si au moins une centaine d'entre elles y souscrivent.

Montage de l'opération: la Ligue belge de la dépression et le Ministère fédéral de l'emploi et du travail ont chargé la société de marketing Snyers de mettre sur pied le produit. Snyers a reçu des fonds ou des avances de six sociétés privées, dont Group 4 Securitas. À cela s'ajouteront les rémunérations de Snyers par les entreprises bénéficiaires dudit vaccin, au-delà des six sociétés marraines.

Composition du vaccin: l'opération Tonus 99 s'échelonnera sur six mois. Elle ne prétend pas résoudre le problème du stress dépressogène dans le milieu du travail, ce qui serait présomptueux, mais bien créer un climat plus réceptif à sa prise en considération. Il s'agit de faire circuler une panoplie d'outils parmi tout le personnel. Des affichettes avec des images apaisantes assorties de phrases "à méditer", du genre : "C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière", et renouvelées une fois par mois. Des brochures de poche contenant des messages simples, clairs, concrets, illustrés, également à raison d'une fois par mois. Et enfin, des cartes postales.

En option, à l'intention des cadres, des conférences et des séminaires; bref une formation. Les six mois de vaccination coûteront à votre employeur 38 500 F jusqu'à 100 personnes, avec un supplément de 50 F par personne supplémentaire.

Leçon 7 - Divers

J'espère ne pas écorner les droits d'auteur de Snyers en rappelant pour finir: ne fumez pas, ne buvez pas de café, allez dormir à 22 heures, levez-vous à six, souriez, chassez les idées négatives, ouvrez-vous aux idées positives et trouvez-vous le traitement anti- stress qui vous convient (voir la leçon 5). Voyez, vous vous sentez déjà mieux!

Cécily
(1) Les 7 leçons sont extraites des 3 articles suivants du Soir du 12 décembre 98:
- Des stages gratuits qui ont payé... Fabrice et Délia ont suivi la même voie: avant de décrocher leur premier emploi salarié, ils ont travaillé... gratuitement. Sans regret.
- Changer de job... mais pas trop... Il faut de l'énergie pour s'adapter...
- Stress : quand la pression se fait trop forte... Tonus 99 vaccine l'entreprise contre le stress.

(2) Attention, si vous recevez des allocations d'attente ou de chômage, demandez l'autorisation de l'ONEM avant. Généralement l'ONEM refuse les stages non rémunérés en entreprise. Gageons que l'auteur de l'article est d'obédience libérale et affiche une longueur d'avance sur l'administration.

.

LA PAGE D'ACCUEIL

LA VISITE RAPIDE PAR MOTS CLÉS

LE SOMMAIRE DU NUMÉRO 214


L'accueil de la librairie

librairie anarchiste alternative libertaire

courrier librairie anarchiste