libertaire anarchiste anarchisme

SOS SANS-PAPIERS

Attention danger !

En juin 1998, fut crée le Mouvement National pour la régularisation des Sans-papiers et des Réfugiés (MNRSPR). Ce Mouvement qui regroupe des dizaines d'associations et de groupements spécialisés dans la défense des droits de l'Homme en général et des étrangers en particulier, a réalisé dès sa création un cahier de revendications en 4 points.

! 1. La régularisation automatique des sans-papiers séjournant depuis cinq ans en Belgique ! 2. La régularisation des sans-papiers ayant depuis 3 ans une demande en souffrance auprès de l'Office des Étrangers (regroupement familiaux, radiation d'office) ! 3. La régularisation au cas par cas des sans-papiers vivant des situations humanitaires particulières (enfant en bas âge notamment) ! 4. La régularisation pour une du-rée limitée de personnes provenant de pays connaisant de graves troubles menaçant la vie des civils (Kosovo, Bosnie...).

La coordination du MNRSPR dont SOS Sans-Papiers fait partie avait dès le début été confiée à l'association Ciré (Centre d'Initiation pour réfugiés et étrangers)

Les occupations des églises qui ont débuté au mois d'octobre 1998 et les grèves de la faim qui ont suivi ont apporté un souffle et une dynamique importants à l'action du MNRSPR.

Certaines grosses associations du Mouvement National se sont alors arrogé le droit de mener des contacts et des négociations avec les milieux politiques au nom et des sans-papiers et d'autres associations faisant partie du MNRSPR.

Notre association SOS Sans-Papiers n'a jamais été associée à ces contacts.

Aujourd'hui, le Ciré et des associations spécialisées dans la défense des réfugiés ont accepté de rentrer dans le piège tendu par le ministère de l'Intérieur à tous les sans-papiers. En acceptant les mesures imposées par le ministère de l'Intérieur qui préconise la seule régularisation des candidats réfugiés politique en attente d'une réponse depuis cinq ans, le Ciré et les associations "responsables et réalistes" divisent le mouvement des sans-papiers et contribuent, sûrement sans le vouloir, à la préparation d'une campagne d'expulsion des sans-papiers non concernés par la circulaire du 15 décembre 1998 du ministère de l'intérieur.

Les avocats qui, de bonne fois, se sont intéressés ces derniers jours à la collecte des demandes de régularisation des occupants des églises participent de manière naïve à la division du mouvement des sans-papiers.

SOS Sans-Papiers annonce publique- ment son retrait du Mouvement National pour la Régularisation des Sans-papiers et des Réfugiés. Ce mouvement qui renie ses engagements du départ fait le jeu de la division imaginée par le ministre.

Nous dénonçons avec la plus grande vigueur les tentatives de division du mouvement des sans-papiers et mettons les associations qui foncent, tête baissée, dans les manœuvres gouvernementales, devant leurs responsabilités quant aux répercussions de cette dérive non conforme aux engagements souscrits en juin 1998.

Nous appelons tous les humanistes (artistes, intellectuels, scientifiques, militants des droits de l'homme...) à ne pas baisser les bras devant l'intransigeance du successeur de Tobback et à ne pas oublier le sacrifice de Sémira Adamu.

Nous appelons les sans-papiers à refuser la division et le paternalisme, à s'accrocher à leurs revendications du départ et à ne laisser à personne le droit de négocier en leur nom.

SOS Sans-Papiers



LA SUITE DU DEBAT

LA PAGE D'ACCUEIL
LA VISITE RAPIDE PAR MOTS CLÉS

LE SOMMAIRE DU NUMÉRO 214

L'accueil de la librairie

librairie anarchiste alternative libertaire

courrier librairie anarchiste