alternative libertaire

lu dans la presse / Le Matin 18.01.99

Régulariser
les mauvais
sans-papiers

Abdou Sow,
sans-papier de l'église du Béguinage

Avec un brin de sarcasme, Abdou Sow se définit comme un "mauvais sans-papier". Tels d'autres occupants de l'église bruxelloise, le "cas" du Sénégalais ne rentre pas dans les quatre axes de régularisation du MNRSP.

- Vous avez commencé l'occupation du Béguinage. Vous vous êtes retiré. Vous êtes revenu à l'église, pourquoi ?

Au début, j'avais confiance dans le Mouvement, mais il y a eu des tensions internes. Je n'ai pas été satisfait et je me suis retiré. La circulaire et les déclarations irresponsables de quitter les églises m'ont fait revenir. L'orientation suivie n'était pas la bonne et tous les courants n'avaient pas voix au chapitre. J'ai trouvé d'autres sans-papiers qui partageaient mon point de vue. Aujourd'hui, nous parlons le même langage. Le porte-parole, Antoine Kalubi, représente la communauté congolaise, potentiellement régularisable, et moi, j'appartiens à ceux qui ne sont pas régularisables, selon les axes du Mouvement National.

- Que pensez-vous de la remise, dès aujourd'hui des dossiers de sans-papiers auprès de l'Office des étrangers ?

C'est du bluff ! On a voulu nous entraîner dans ce chaos pour tuer le mouvement. Sans doute pour des raisons politiques. Prenez les avocats en charge de certains dossiers, ils défendent ce qui relève du juridique or, notre situation n'a aucune valeur juridique dans la mesure où il n'existe aucune loi traitant d'une régularisation de sans-papiers. Donc, mener une action pareille, c'est nous entraîner dans un chaos total. Nous devons repousser cette proposition insensée qui ne changera pas la position du gouvernement.

- Quelles sont les revendications de votre courant au Béguinage ?

La régularisation de tous les sans-papiers et la non-distinction entre les "bons" ou les "mauvais". Les critères pourront peut-être intervenir sur la durée de régularisation, sur la durée des papiers délivrés aux gens. Le problème est de donner ces papiers aux personnes présentes sur le territoire et qui tiennent à y rester. Une régularisation one shot n'est peut-être pas une position qui force le gouvernement à céder, mais elle ne lui est pas uniquement destinée. Chacun dans ce pays, doit regarder la réalité en face, sans connotation politicienne. Regarder le sort de gens dans une situation extrême et urgente.

- Comment appréciez-vous les rumeurs qui accusent le Mouvement associatif de reculer ou d'abandonner les sans-papiers ?

Je n'accuse pas le Mouvement national d'abandon. Peut-être ont-ils été au bout de ce que leur permettaient leurs capacités ? Le mouvement des sans-papiers n'appartient pas au Mouvement national. C'est à nous de poser notre problème. Néanmoins, le soutien des associations est utile, mais nous, nous ne privilégions pas une association au détriment d'une autre. Plongés dans le même combat, nous devons chercher ce qui nous unit.

- Le retour à une forme d'unité est-il possible entre les sans-papiers comme avec le Mouvement national ?

Il nous revient d'établir cette unité et de revoir comment s'organiser pour faire appel à toutes les forces vives de la société. Nous nous concertons entre Liège, Charleroi, Anvers et d'autres pour des actions et des mots d'ordre communs. Au Béguinage, nous mettons sur pied un groupe de contact, intégrant les différents courants. Ce groupe sera présent aux réunions où se prennent les grandes décisions afin de les transmettre en assemblée générale.

- Comment comptez-vous agir face à un monde politique indifférent et en ébullition préélectorale ?

Le pouvoir politique ne se penchera sur la question que lorsqu'il aura un intérêt électoral à le faire. Avec le Mouvement pour la régularisation, on a choisi de lancer un grand mouvement. Pourquoi l'arrêter en chemin ? Parce que le politique joue la fermeté... Non, un des volets essentiels reste la sensibilisation de la population. Parce qu'après la régularisation, l'enjeu c'est l'intégration des "légaux" dans les structures sociales de la société.
 

Olivier Mukuna / Le Matin





LA SUITE DU DEBAT

Libertaire Anarchiste Anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/