alternative libertaire 215
  • OFFICE NATIONAL DE L'EXCLUSION MASSIVE
  • L'article 79
  • prépare
  • les exclusions !
  • Ils l'ont fait... Le Parlement a donc adopté, l'article 79 qui organise les perquisitions des inspecteurs de l'Onem au domicile des chômeurs et autres allocataires sociaux.
  • Le but de cet article, outre qu'il légalise la chasse aux chômeurs présentés comme des "fraudeurs" en puissance, est de faire basculer un maximum d'isolés vers le sous-statut de cohabitants, et ainsi de réduire leurs allocations...
  • C'est une étape supplémentaire dans le processus d'exclusion massive du droit aux indemnités. Rappelons le déjà sinistre article 80 qui prévoit que pour les sous-statuts cohabitants ayant chômés, plus de une fois et demie la durée moyenne de chômage, pour leur sexe, leur âge et dans leur région... l'exclusion devient automatique (merci l'informatique).
  • Toutes ces mesures ne font que renforcer une véritable politique d'apartheid social dont les résultats sont visibles : l'exclusion et l'appauvrissement de franges de la population chaque jour plus importantes.
  • Alternative Libertaire
  • Vie Privée
    Privé de vie

    Le contrôleur de l'ONEm n'entrera pas ! Nous refusons une loi qui viole les droits constitutionnels des chômeurs ! La Ligue des Droits de l'Homme dénonce cette loi inique et pourtant des partis prétendument démocratiques sont prêts à raboter nos droits. Il suffit ! La misère dans laquelle nous plonge le fait d'être sans emploi est financière et elle se fonde aussi sur des pratiques discriminatoires.

    Le sans emploi n'est plus perçu comme un citoyen pouvant bénéficier de tous les droits et garanties de l'Etat. Etre sans emploi entraîne une prédominance des obligations sur les droits. C'est la dimension morale qui justifie cette dérive. L'idée selon laquelle les pauvres sont coupables de leur situation est inhérente au néolibéralisme (héritée de Mill et Ricardo). En criminalisant le sans emploi, "dangereux fraudeur", l'État justifie sa politique punitive. Désormais un droit se mérite et implique une responsabilisation individuelle.

    Comme le décrit le sociologue Andrea Rea : L'apartheid social est organisé par les politiques publiques et la participation à l'économie formelle devient désormais une condition préalable à l'accès à la pleine citoyenneté (in La société en miettes, éditions Labor, 1997). Le gouvernement a remplacé les adages : Il faut travailler pour vivre et Tout travail mérite salaire par Toute allocation mérite travail. La politique d'exclusion massive du droit aux allocations sociales prend alors tout son sens. Les sans emploi ne forment alors rien d'autre qu'une main-d'œuvre de réserve pour le patronat qui l'utilise tour à tour en clair ou en noir, selon ses besoins. Le sans emploi est l'otage d'un système. D'un côté : l'ONEm le traque sans relâche jusqu'à violer son intimité, le piéger quand il répond à une offre d'emploi ; de l'autre, il est contraint d'accepter des offres de travail (quand il y en a) à des conditions souvent inférieures (ALE, PEP, activation des allocations, etc.) à celles des autres travailleurs (qui sentent aussi peser la menace sur leur emploi et leurs conditions de travail et salariales). Nous ne sommes pas dupes de la double contrainte que nous vivons et des objectifs poursuivis par les politiques publiques, main dans la main avec le patronat : casser la sécu, réduire les salaires. Et nous disons non ! Ensemble, avec d'autres collectifs dans le pays.

    Nous revendiquons

    - Le relèvement conséquent de tous les minima vitaux (chômage, minimex, pension, invalidité, etc.).
    - La suppression du statut de cohabitant, chaque personne ayant le droit de vivre dans la dignité.
    - La suppression de l'article 80 sur l'exclusion pour chômage de longue durée.
    - L'arrêt des contrôles de l'ONEm, à commencer par les contrôles illégaux, surtout les contrôles domiciliaires.
    - La suppression du travail obligatoire (ALE, formations bidons, etc.).
    - L'arrêt des exclusions pour raisons administratives.
    - Le respect des droits constitutionnels et des droits de l'Homme : la liberté d'opinion et d'expression politique et culturelle, d'association, de réunion, d'aller et venir, de vie familiale et affective, etc.
    - Le droit à la solidarité active, avec tout qui a besoin d'aide ou avec tout qui un échange de service est utile.
    - L'application de la présomption d'innocence pour toute matière relative au chômage, donc que les sanctions décidées par l'ONEm soient suspendues jusqu'à une décision des tribunaux compétents.
    - Le retrait des syndicats de toute structure décisionnelle de l'ONEm et de la gestion des allocations de chômage.
     

    Collectif "Chômeur, pas chien !"

    Espace rencontre de 12 à 14 h chaque 1er mercredi du mois au Carlo Cercle Levi, 48 rue Saint-Léonard 4000 Liège (04/229.59.59).
    .


     

    Libertaire Anarchiste Anarchisme Franc-Maconnerie

    franc-maconnerie anarchisme http://pagesperso-orange.fr/libertaire/campion.html


    franc-maconnerie anarchisme