Alternative Libertaire 216 – avril 1999


AU JOUR LE JOUR


Le fond de l'air effraie


Chronique de l'aberration quotidienne,

prise par-dessus la jambe...


VOTRE CHOMEUR "ALE" SENT-IL MAUVAIS ?

À Beringen, les employeurs qui font appel à la main d'oeuvre offerte par l'Agence

Locale pour l'Emploi (asbl institutionnelle qui prétend contraindre les chômeurs à

exécuter des boulots de larbins pour 150 balles de l'heure), se sont vus récemment

soumis à un questionnaire aberrant : Votre chômeur ALE sent-il mauvais ? Est-il

déséquilibré psychologiquement ou trop peu intelligent ? (ceci est rigoureusement

authentique !). Les raclures de pelle à merde qui osent poser ces questions sont à

flinguer.


LA MORT EN FARCE (espiègleries du capitalisme).

L'usine Renault de Douai (France) est en passe d'atteindre le record d'Europe des

morts par accidents de travail : 27 morts (dont 6 suicides) dans l'année qui suivit la

fermeture de Vilvoorde (JP RTBf 17/02/99).

De son côté, le groupe Usinor (avec l'aide des sous-traitants) s'est lancé lui aussi

dans ce grand jeu-concours follement amusant, mais ne comptabilise à ce jour que

40 morts sur ces trois dernières années. Peut mieux faire.

Quant à la sidérurgie belge, elle n'est pas en reste, elle non plus. Fin 98, elle est

parvenue à provoquer : 1 mort dans un four à Riva-Charleroi suite à une explosion

; 1 électricien mort par électrocution à Duferco-Clabecq ; 1 grutier mort à Sidmar ;

1 mort à Coke Fonte (Groupe Cockerill-Sambre) dans la carrière à chaux du Bay

Bonnet ; soit 4 morts en 2 mois. Allez les petits Belges, encore un effort ! (Désolé

de traiter de telles horreurs avec cette légèreté, mais c'est nerveux, je craque, il faut

que je décompresse !)


ARTICLE 324 BIS.

Ça y est ! La Loi sur les organisations criminelles a été publiée au Moniteur ce 26

février. La canaille dirigeante a donc trouvé un cadre légal afin que ses milices

puissent commettre leurs forfaits plus sereinement (surveillances, fichages,

incursions dans la vie privée et autres joyeusetés pro-actives...). On s'émeut chez

les progressistes, lesquels sont quelquefois socialistes et se demandent encore

comment nous faire croire que le PS a voté cette loi par inadvertance.

Puis-je me permettre d'oser rappeler que les anars un peu dignes de ce nom se sont

toujours moqués éperdument des lois. Les lois n'étant que les tessons de bouteilles

plantés sur les murailles de la saloperie, il en ira donc du 324 bis comme du reste :

on méprise, on dédaigne, et on brave en honnissant !... tout en prenant garde de ne

pas se couper avec ces foutus tessons lorsqu'on escalade les murailles dont

question.


JUSTICE.

En France, les ministres concernés par l'affaire du sang contaminé ont été jugés : ils

ne sont pas responsables, pas coupables et pas condamnables. Rien de vraiment

nouveau, donc, depuis La Fontaine et ses animaux malades de la peste.


PROCES DE CLABECQ.

Inracontable. Il faut se rendre à Nivelles, au procès des délégués des Forges de

Clabecq (poursuivis pour avoir défendu leurs droits), afin de se rendre réellement

compte de la chose : la dictature belge y a installé un laboratoire expérimental de

despotisme. Ce n'est pas encore tout-à-fait au point, mais ça avance.

Après la marche blanche, il fut question que la Justice se rapproche du citoyen,

mais c'est bien connu, la Justice est lente, alors, pour gagner du temps, quelques

citoyens tentent de s'en rapprocher en étant présents au procès de Clabecq. Le huis

clos ayant été décrété, les citoyens doivent rester dehors. Ils scandent des slogans,

ils chantent... résultat : 48 arrestations dites "administratives" (c'est-à-dire sans

motif), le 4 mars dernier par la gendarmerie.

Prochaines séances : 1/04, 15/04, 22/04, 29/04, à 9h, au Palais de Justice de

Nivelles. Soyons nombreux !

Quelques conseils ! Évitez d'emporter votre agenda ou toute autre liste d'adresses

(contentez-vous d'une carte téléphonique avec le numéro de votre avocat, ou celui

d'AL, le cas échéant, on fera le maximum) ! En cas d'arrestation, essayez de

détendre l'atmosphère en racontant des blagues aux gendarmes. Par exemple,

récitez quelques passages de la Déclaration des Droits de l'Homme, vous verrez, ils

seront morts de rire ! Refusez toute prise d'empreintes digitales et faites des

grimaces si on vous prend en photo ! Ne signez aucun procès-verbal sans y ajouter

lu et pas d'accord. Il vous est loisible de répéter inlassablement "je n'ai rien à

déclarer" (c'est la meilleure chose à faire, car toute déclaration peut être utilisée

ultérieurement contre vous) ! Si vous êtes victime de brutalités policières, faites

constater immédiatement les coups et les blessures par un médecin.


COMPRENNE QUI POURRA.

En lisant la "grande presse", on s'aperçoit que du Matin au Soir, les journaleux ne

cessent de noircir Robert D'Orazio à longueur d'articles et que les seuls propos un

peu bienveillants à l'égard de celui-ci émanent le plus souvent de... La Libre

Belgique (!) La Libre, le dernier quotidien francophone de gauche ? On croit rêver !

J'aimerais qu'on m'explique.


À GAUCHE, TOUTE !

À Liège, le Père capucin écolo Germain Dufour est une figure emblématique : il

donne la soupe aux pauvres, ce qui force l'admiration générale. Il se présente en

outre aux prochaines élections, sur la liste... du parti communiste ! Un curé en tête

de liste du PC, c'est une première. Don Camillo aurait-il enfin trouvé le moyen de

supplanter Peppone ?


ENTARTAGE.

Suite à l'entartage bigrement réussi de Miet Smet (la ministre belge du chômage et

des exclusions) par le Collectif autonome des chômeurs de Bruxelles et le collectif

liégeois, Chômeur, pas chien !, la police bruxelloise a dressé un procès verbal et

plainte a été déposée. Criminalisation oblige. De nombreuses personnalités étaient

présentes ce soir là sous les lampions de l'hôtel Astoria à Bruxelles, afin de parader

dans un gala en hommage à l'injustice économique, et où la ministre remettait le

trophée Marie-Claire à la meilleure pétasse d'entreprise de l'année. Plusieurs de ces

personnalités furent amplement atteintes par des éclaboussures de crème chantilly,

notamment Jos Chabert, le ministre CVP bruxellois de l'économie dont le costard

en a pris un coup. Aïe ! Dégradation de chemises Yves Saint Laurent, de tailleurs

Chanel et autres foulards Hermès, ça risque de coûter bonbon !


BANQUES.

En Belgique, il y a une banque pour 1.000 habitants. Ces saloperies poussent

comme de la mauvaise herbe ! En détruisant tout sur leur passage. Le banquier

méprise l'être humain. Il lui chie à la gueule en lui souriant mielleusement. Le con

dit merci et lui verse son revenu minable. Qu'il crève !


ELECTIONS.

Le 13 juin prochain, le Belge ira d'une fois de plus voter pour le candidat... qui lui

ressemble. Qu'il ne vienne pas se plaindre du sort qui lui sera fait par la suite.

Rappelons que l'électeur n'est, en somme, qu'un candidat raté (Zo d'Axa).


VOTEZ POUR EUX, VOTTEM POUR NOUS !

Mardi 9 mars, le centre d'enfermement pour sans-papiers de Vottem, près de Liège,

est entré en activité. Plusieurs réfugiés y vivent dès à présent en captivité. Dès le

lendemain de "l'ouverture", une manifestation spontanée, regroupant plus de 200

personnes, s'est formée devant le centre, où seuls trois parlementaires écolos furent

autorisés à pénétrer. On notera qu'aucun élu appartenant aux autres formations

n'était présent. Tous se réclament pourtant de la démocratie de la justice, et du

progrès social... et autres idées chatoyantes qui fleurissent abondamment tout au

long de leurs discours électoraux dont les résonances sont décidément de plus en

plus creuses. Le samedi suivant, une nouvelle manifestation réunissait quelque 600

personnes aux abords du camp de Vottem, sévèrement gardé par un impressionnant

et sinistre dispositif de gendarmerie. On a pas eu, ce jour là, à déplorer le moindre

incident. Ni à s'en réjouir. Mais d'autres actions sont prévues. Des rassemblements

doivent avoir lieu autour des grillages de Vottem tous les mercredi et samedi aprèsmidi.

Ceux qui prétendent encore ne pas être concernés par la question des camps

d'internement pour demandeurs d'asile ne se rendent sans doute pas compte que les

pratiques immondes que l'on expérimente aujourd'hui sur les sans-papiers

toucheront bientôt également les sans-logis, les sans-travail, les sans-le-sou, les

sans-gêne, et tous ceux qui, tôt ou tard, finiront par être encombrants pour les

programmes de développement économique.

Comme chacun le sait, la loi du marché est implacable, personne ne peut s'y

soustraire, et le pauvre, parce que sa participation à la croissance économique est

d'un trop faible rendement, commet donc une continuelle infraction à cette fumeuse

loi du marché (loi, qui il faut le souligner, ne fut votée par aucun parlement

démocratique, mais imposée par la dictature des seigneurs de la finance). Les

centres fermés pourraient devenir alors la solution (finale ?) à cette pauvreté de

plus en plus voyante, de plus en plus dérangeante, et aux problèmes sociaux

engendrés par les processus économiques en marche.

Le plus râlant dans tout ça, c'est que la population continue à tolérer aussi

passivement cette politique concentrationnaire, digne d'un quatrième Reich, mise

en oeuvre par le PS-SP... qui risquent d'être réélus !


Gun