Archives Alternative Libertaire

Rappelez-vous

Semira Adamu


Le 22 septembre 98 Sémira Adamu, jeune Nigériane, mourrait étouffée lors de la sixième tentative d'expulsion musclée du territoire belge.

Tuée par des gendarmes qui obéissent aux ordres d'expulser à tout prix, fût-ce en appliquant la technique "du coussin" prévue par le règlement pour mettre au pas les récalcitrants.

Tuée par une administration, l'Office des Étrangers, qui décide froidement d'expulser du territoire un numéro de dossier anonyme, dont elle juge l'histoire pas assez crédible pour être même examinée dans le cadre de la procédure d'obtention du statut de réfugié politique.

Tuée par un ministre de l'intérieur (socialiste) dont la mission première est de faire régner "l'ordre public" et qui veut mettre au pas ces moins-que-rien qui se rebellent dans les centres fermés et refusent de monter dans des avions comme on mène des moutons à l'abattoir.

Tuée par des politiciens qui pensent ainsi donner des gages à des partis racistes d'extrême-droite qui manipulent des franges de plus en plus larges d'un électorat populaire déboussolé par la crise sociale.

Tuée par un gouvernement qui fait voter des lois qui organisent l'humiliation, l'enfermement, l'étouffement d'hommes, de femmes et d'enfants dont le seul crime est d'être des damné(e)s de la terre qui ne sont pas nés au bon endroit. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde... il est des phrase qui tuent mieux que des balles.

Tuée par l'égoïsme d'une Europe qui pour protéger son confort relatif, expulse, jette dans la clandestinité ou les camps, celles et ceux qui ont eu le malheur de voir le jour hors des frontières de l'empire occidental.

Et, il n'y a pas qu'en Belgique... Dans toute l'Europe de Schengen, les expulsions tuent, les centres fermés se multiplient... Quand ils ne croupissent pas en cellule, les sans-papiers sont condamnés à l'illégalité.

L'émoi qui suivit la mort de Sémira ne dura que le temps de la banalisation de l'insupportable. Avec le nouveau gouvernement (écolo-socialo-libéral) sont venues de vagues promesses d'humanisation des procédures d'expulsions, le tout baigné dans la langue de bois des larmoyants appels aux valeurs des droits de l'homme.

Pourtant, rien n'a changé. La mort de Sémira a sonné comme un avertissement mais la politique actuelle à l'égard des demandeurs d'asile reste marquée du sceau de la parano sécuritaire et répressive.

Nouveau style arc-en-ciel, le gou-vernement belge a affiné ses méthodes. Le coussin sera bientôt inutile : celles et ceux qui résistent jusqu'au bout seront bientôt rapatriés par paquets de vingt en avions "sécurisés", sans témoins. La barbarie tranquille et "humanitaire".

Des débats sont en cours avec d'autres États européens pour organiser des charters communs de déportés... Ce projet pourrait être officiellement annoncé lors du sommet européen des 14, 15 et 16 octobre en Finlande sur l'immigration, l'asile et la police.

Si les trois ministres belges de l'intérieur qui se sont succédé depuis la mort de Sémira ont répété qu'il n'était pas question de changer la loi, nous réaffirmons qu'il n'est pas question d'accepter une quelconque "humanisation" des procédures et des expulsions et nous continuons d'appeler nos lecteurs à la mobilisation internationale, à la résistance active, à la désobéissance civile face à la barbarie et à l'Europe forteresse.

Nous continuons d'exiger ! l'arrêt des expulsions ! la destruction des camps de rétention ! la libre circulation et la libre installation ! l'égalité des droits ! la suppression de la double peine ! la régularisation immédiate et collective de tous les sans papiers.

Roger NoŽl Babar

 
Le 8 octobre
pour Élie Farez

Dans la nuit du 13 au 14 août 1999, Élie Farez (jeune métis), Marc et Alexandre Vroomen ont été sauvagement agressés par des skinheads rue Saint-Gilles à Liège. Deux semaine plus tard, Élie Farez décédait dans le coma. Afin d'obtenir justice de ce crime raciste, ses proches et le Front Anti-Fasciste appellent à un rassemblement le 8 octobre à 19h, Place St Lambert à Liège (infos 04/227.59.59).

LE SOMMAIRE DU NUMÉRO 221




archives Alternative Libertaire

accueil du site

visite rapide par mots clés

la librairie

anarchiste alternative libertaire