ASSOCIATION DES CHÔMEURS
ET PRÉCAIRES DE PARIS

Le froid tue
et le chaud meurt

Le plein emploi,
les postes occupés par les immigrés,
autant de mythes qui cachent
parfaitement le problème du chômage.
Mais que signifient
salaire et travail aujourd'hui ?

Le plein emploi : monstre du Loch-Ness, mille fois aperçu, jamais vu. Qu'on parle de lui, passe encore, ils sont nombreux ceux qui parlent de choses qui n'existent pas, chacun utilise son temps comme bon lui semble, mais que la situation de centaines de millions de chômeurs repose sur des décisions politiques prises à partir d'une conception économique abracadabrante, voilà qui ne va plus du tout.

Qu'est-ce que le plein-emploi ?

C'est la situation idéale dans un pays où toute la main d'uvre est au travail, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de chômage. Dans les pays capitalistes, il est évident que cette situation n'a jamais existé, sauf peut-être en période de guerre. Dans les pays "socialistes", on résout le problème du chômage en mettant plusieurs personnes sur le même poste. Ce n'est pas si mal puisque chacun est payé normalement même si faire acte de présence sous les yeux d'un supérieur n'a rien de folichon.

Pourquoi, alors ne pas payer les gens qui n'ont pas de travail et les laisser simplement vaquer à leurs occupations ? Peut-être que c'est plus rassurant de les avoir sous les yeux.

L'explication idéologique c'est qu'il n'y a pas de salaire sans travail, en régime socialiste comme en régime capitaliste. À défaut de travail, il n'y a pas de salaire sans contrôle. Être à présent, ou pointer au chômage, remplir des formulaires donnant des tas d'informations, faire la preuve de sa bonne volonté en acceptant un certain nombre de tracasseries.

Le travail, dans ce cas, consiste à faire des démarches, remplir des formulaires, faire la queue, chercher du boulot ou en créer. Tout doit tourner autour de l'idée de travail, qu'on en ait ou qu'on en cherche, même s'il n'y en a pas.

Qu'est-ce que le travail ?

C'est l'acte de l'homme qui transforme la nature de façon à satisfaire ses besoins (nourriture, vêtements, logement, etc.). C'est beau comme définition. Mais pour un travailleur, c'est faire ce que le patron lui impose que ça lui plaise ou non, en contre-partie d'un salaire qui lui permet de vivre plus ou moins mal. C'est-à-dire qu'un travailleur a le droit de satisfaire un certain nombre de ses besoins lorsqu'il se soumet concrètement tous les jours, à la politique d'un patron ou à la politique économique d'un pays.

Mises à part les revendications salariales et la sécurité dans les entreprises, un travailleur n'est jamais consulté pour savoir ce qu'il doit produire ni pour qui. On est loin de l'homme qui transforme la nature pour satisfaire ses besoins !

Pour les travailleurs donc, comme pour les chômeurs, le salaire est le prix de la soumission à une conception du travail, le travail inventé par les patrons et autres économistes géniaux dont le but est de faire des profits, quittes à créer des besoins nouveaux pour créer de nouvelles usines pour les satisfaire, quittes à empoisonner la planète de déchets toxiques de tous ordres, quittes à saboter des usines quand on produit moins cher ailleurs (Japon, par exemple, ou Hongkong) quittes à laisser trois millions d'humains dans la misère en France et des milliards sur la terre.

Pourquoi alors ramène-t-on tout au travail ?

Parce que le travail (sa forme, sa qualité et son but) est totalement contrôlé, donc tous ceux qui passent par le travail sont contrôlés. Accepter le travail comme il est actuellement, c'est accepter la misère, la crise et par conséquent le chômage (c'est la grande contradiction du moment).

Les chômeurs, quant à eux, se trouvant en dehors du travail, bien qu'à la recherche d'un emploi, bien que contrôlés, sont donc amenés à poser une question : mais si on a pas de travail, comment fait-on pour manger, pour payer le loyer, etc. Et donc à se poser le problème: pourquoi avec l'automation, avec tout ce qu'on produit, n'y a-t-il plus rien dans la marmite ?

À quoi ça sert de transformer la nature pour satisfaire nos besoins si on transforme la nature et qu'on ne satisfait pas nos besoins?

Les chômeurs, de par leur situation, sont amenés à remettre en cause le travail et, globalement, le fonctionnement de la société, à poser la question fondamentale de la redistribution des richesse en fonction de besoins impératifs (nous savons combien il fait froid dehors et combien coûte cher le chauffage).

Pour nous, chômeurs, il devient donc primordial de savoir combattre certaines idées pour ouvrir la porte à des solutions durables sans pour cela négliger les problèmes de vie quotidienne.

Si la solidarité est notre pain quotidien, nous devons casser le discours qui se cache trop souvent derrière celui du chômage comme catastrophe naturelle parcequ'il nous met à la merci d'élans du cur qui n'ont pas toujours de lendemain. Le chômage n'est ni ponctuel, ni involontaire. Le fait qu'il y ait des chômeurs est dû à un choix de société, choix que de nombreuses théories justifient ou cachent. C'est le cas de cette fumeuse théorie du plein-emploi qu'on retrouve sous beaucoup de discours et qui s'oppose à, la reconnaissance du simple droit à l'existence.

Affirmer que le plein emploi est possible, argument électoral éculé, veut dire Attendez que la crise passe! Pour les chômeurs, ça veut dire Faîtes-nous confiance, laissez-nous faire, crevez la gueule ouverte !

Toute personne, donc, qui tient un tel discours d'espoir, de calme et d'attente dans la perspective du plein emploi est soit un naïf, soit un salaud. Dans les deux cas, nous n'avons rien à faire avec lui (ou elle - note de la claviste).

Il y a deux nouvelles versions qui dé coulent logiquement de cette idée de base du plein-emploi.

La première, dont le but est de culpabiliser celui qui est au chômage. Elle prétend que du travail il y en a toujours eu et qu'il y en a encore. Si le chômeur n'en trouve pas c'est qu'il est con ou fainéant. Hélas, beaucoup d'entre nous le croient plus ou moins, ils sont honteux, ils rasent les murs (gratis), ils refusent de se déclarer chômeurs comme d'autres refusent de se déclarer étrangers ou homosexuels. C'est ramener le chômage à un problème individuel et donc nier l'hypothèse d'une organisation des chômeurs. C'est renforcer l'isolement, c'est cacher derrière un problème de volonté personnelle la transformation nécessaire de la société qu'implique une solution au chômage. C'est aussi ouvrir la porte aux solutions individuelles: clochardisation délinquance et quelquefois suicide.

La seconde : le plein-emploi existe mais ce sont les immigrés qui occupent les postes. Vous reconnaissez au passage le discours de l'extrême-droite. Cet argument vicieux nécessiterait une analyse économique précise que nous ne ferons pas aujourd'hui. Relevons tout de même une première contradiction: plaider, d'un côté, pour la liberté totale d'entreprendre (c'est-à-dire la non-intervention de l'État: suppression du maintien des prix à l'agriculture, des primes à la création d'entreprises ou à la reconversion, privatisation de la Sécu, etc.) en promettant de l'autre le plein-emploi est une vaste connerie.

La liberté d'entreprendre, c'est la concurrence sauvage, c'est l'anarchie de la production, ce sont les faillites tous les jours, c'est la chute libre des salaires pour être compétitifs, ce sont les interdictions syndicales. Or être compétitifs sur le marché international, ce sont des salaires à 3,50frs de l'heure à Hongkong ou Formose, qui dit mieux ?

C'est simplement un discours de guerre, habillons les chômeurs d'un uniforme qu'ils aillent casser du communiste ou du sauvage. Trois millions de militaires ce n'est plus trois millions de chômeurs, et chaque tué, c'est un communiste, un sauvage ou un chômeur de moins : C'est tout bénef ! C'est le schéma classique des guerres mondiales, destruction des usines, villes, syndicats, divisions politiques et bien sûr solution durable du problème du chômage, de la surpopulation, de la surproduction.

La seconde contradiction : Il y a aussi un mensonge dans ce type d'arguments, que la gauche ne veut pas dénoncer. La modernisation supprime des emplois. Les immigrés ont permis en acceptant de bas salaires de continuer de faire fonctionner en France des usines démodées. Les patrons en les faisant venir ont permis à l'industrie de rester compétitive sans avoir à se mettre à niveau sur le plan technologique (que les immigrés aillent faire soigner leurs accidents ou maladie du travail dans leur pays). Maintenant que la modernisation est obligatoire tant qu'on reste dans l'économie de marché mondiale, il n'y a plus qu'à virer les immigrés. Non pas pour les remplacer mais pour détruire les vielles usines et donc les postes de travail qu'ils occupent.

La solution anti-immigrés n'est pas une solution. Nous avons vu le faux argument du plein-emploi et le mythe du remplacement de l'immigré par le bon français. Quel est donc le rôle de ce discours?

Envenimer les rapports sociaux, dresser les français contre les immigrés, c'est le rôle du bouc-émissaire, diviser sur des illusions, provoquer des troubles pour justifier le besoin de sécurité, d'ordre, pour régler militairement les problèmes sociaux, implanter le racisme pour le manipuler (droite raciste contre gauche antiraciste) et les trois quart de la planète continueront à crever la gueule ouverte, chômeurs compris.

Donner au travail un nouveau sens, un sens illusoire (travail égal défense de la nation, de la race, de la culture, effort de guerre), le salaire perd alors sa valeur de rapport de force avec les patrons ou avec le capital. Il n'est plus un droit du travailleur, une redistribution (injuste, bien sûr) des richesses produites. C'est l'idée même de redistribution des richesses qui disparaît. Le salaire, par le bais d'un discoursżÂys pour les remplacer mais poaisant venires immigr&eacagrave; l'industrie de ras une solutioŢťn pas pour les remplacer m▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀