libertaire anarchiste anarchisme

CHRONIQUE DE FIN DE SIECLE

On vous le dit :
tout va bien !

Il est de coutume, en fin d'année, de passer en revue, les événements et/ou les non-événements qui ont, grâce à leur médiatisation, ponctué notre morne quotidien de saines indignations ou de haussements d'épaule désabusés.

Je n'attendrai pas la Saint-Sylvestre pour vous faire part de mes commentaires sur le seul dernier trimestre écoulé.

Tout le monde ou presque s'accorde à le dire, la Belgique, telle le phénix, renaît de ses cendres. Après avoir considéré, pendant plus de trois ans, notre petite terre, comme un cas pathologique, voilà que des observateurs internationaux (y compris le très sérieux Financial Times de Londres) commentent la soudaine guérison (rémission) de cette, autrefois, incurable grande malade. Le remède miracle s'appelle Mathilde. Il aurait été conçu, il y a 26 ans, dans un obscur laboratoire de la Province de Luxembourg, mais n'aurait été testé que depuis 3 ans sur le seul cobaye volontaire digne d'en profiter, à savoir, Philippe de Belgique.

Le mariage princier serait-il de nature à rendre amnésiques les dix millions de Belges ? Décidément, ces Anglais et les autres nous prennent toujours pour des cons.

Bien sûr, comme un bonheur ne vient jamais seul, il est opportun de saluer le retour de la croissance économique, la régression du chômage, l'avènement d'un gouvernement arc-en-ciel, la reconnaissance (enfin) internationale de certains artistes belges, et tant qu'on y est, inviter tous ceux et celles qui ont l'artiche à fêter dignement, et, si possible, loin des crève-la-faim, l'avènement du troisième millénaire, après s'être assurés que le bogue de l'an 2000 ne fera pas chuter leur avion au moment de déboucher l'indispensable Moët et Chandon.

Nous disions donc que la liesse populaire serait totale s'il n'y avait pas ces sempiternels trouble-fête pour nous rappeler que rien n'est vraiment rose au pays d'Albert-Roi et d'Albert Frère.

Je me propose de vous énumérer et commenter succinctement tous les petits "hic" que ces histrions subversifs ne manqueront pas de souligner, quittes à mettre un bémol à votre obligatoire bonheur par procuration.

Mariage princier

Tout le monde est bien d'accord là-dessus, au moins. Philippe de Belgique avait grand besoin des services d'une logopède. Mais, n'est-il pas discriminatoire de rétribuer les prestations de Mathilde 16 millions de francs belges par an, alors que ses consurs-confrères doivent se démerder avec plus ou moins 500.000 fb par an. Il est même probable que Mathilde ne donnera jamais les, pourtant indispensables, cours d'élocution à son mari. Il s'agirait, alors, plus prosaïquement, d'un emploi fictif, grassement rémunéré par le trésor public. Outre-Quiévrain, on a vu dans quelles tourmentes se débattent encore, les bénéficiaires de ce genre de pratiques.

La thérapeute épouse son patient. Archi banal ! Ce qui l'est moins, c'est que pour être sûr de son consentement, le Parlement augmente ses honoraires d'un petit cadeau de bienvenue d'un montant de 10 millions de fb. Tout cela, aux frais de la princesse, pas elle bien sûr, mais vous et moi. N'est-ce point là, une preuve flagrante de mesquinerie, quand l'on sait que son patient-mari est déjà milliardaire bien qu'il n'ait, à notre connaissance, jamais travaillé.

La bonne nouvelle - car c'en est une - si, toutefois l'article 1. de la Convention Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen est applicable à tous, à savoir : Tous les hommes naissent libres et égaux en droits, c'est que, pour autant que tous les gueux (sdf, minimexés, chômeurs, salariés, petits indépendants, réfugiés, précaires en tous genres) consentent à se marier, ils verront leurs revenus décuplés trois fois et recevront une substantielle prime de mariage. Exit enfin, le contrôle social, les visites domiciliaires, les pénuries de début ou de fin de mois, les caries dentaires pas soignées, la taxation abusive du revenu de leur travail ou de leur non-travail. Finie la peur du lendemain, mère d'ulcères perforés et de dépressions chroniques.

À eux, enfin, la dolce vita, l'insouciance des lendemains qui chantent, la dignité retrouvée. Finie aussi, l'obligation de Faire pour être, ils pourront enfin Être pour faire. On ne vous le dira jamais assez, mariez-vous !

Adultère royal :
mode d'emploi...

Je ne crois pas me rappeler qu'aucun chercheur au monde ait un jour isolé le gène de la monogamie chez homo sapiens sapiens. Dès lors, qu'Albert ait été séduit par les sirènes de l'adultère (je n'aime pas ce mot), quoi de plus naturel en somme ? Ce qui est choquant, par contre, c'est le lourd silence qu'il oppose aux médias, ne confirmant ni n'infirmant les "ragots malveillants" de certains plumitifs.

Quoi ? Cet homme serait-il donc affectivement tellement immature au point de ne pouvoir revendiquer la seule chose qui le rende un tant soit peu sympathique, à savoir, une passion dont le fruit se nomme Delphine, et de condamner mère et fille au bannissement après avoir acheté un père à cette dernière ? À combien s'est chiffré le montant de la transaction ? Qui a payé Monsieur Boël pour endosser cette pseudo-paternité ? Albert, sur sa cassette personnelle ou les contribuables via la liste civile ? Je pencherais, personnellement, pour la seconde hypothèse qui ne ferait de Delphine qu'une pauvre enfant élevée grâce à l'Assistance Publique.

... et autres "frasques"

L'existence d'une enfant adultérine d'Albert, ne serait qu'un secret de Polichinelle prêtant à sourire s'il n'y avait toutes les autres frasques dudit Albert, moins romantiques celles-là, commentées dans les cercles des seuls initiés, portées par une rumeur qui persiste depuis vingt ans (affaire Pinon/Ballets roses) et s'amplifie au gré d'une affaire Dutroux/Nihoul/Consorts et des témoignages sous X (X3).

Ces "frasques"-là sont marquées du sceau du Secret d'État.

Presse de la censure

À n'en pas douter, Albert devait absolument redorer son blason et l'image de la monarchie avant la symbolique date du 4 décembre 1999. Un gigantesque bal populaire au Palais de Laeken serait-il susceptible de ramener la concorde entre "croyants" et "incroyants" ? Rien de plus improbable. Alors, pour y parvenir, rien de tel que de s'assurer la complaisance des médias aux bottes, de supprimer (préventivement) les émissions dérangeantes (1), et, pourquoi pas, de faire poursuivre en justice les quelques rares journalistes qu'indispose le silence des pantoufles (2).

La censure de la presse ne peut exister dans un État de droit. C'est embêtant. Mais bon sang, mais c'est bien sûr ! Il suffisait d'y penser. Par un incroyable tour de passe-passe dont même un David Copperfield ne découvrira jamais le secret, on a remplacé la censure de la presse par une presse de la censure. Les seules publications qui résistent encore au virus (mais pour combien de temps ?) sont, à mes yeux, De Morgen, Le Matin, Le Journal du Mardi, ainsi que quelques rares publications associatives aux tirages limités.

Est-ce un hasard si les auteurs du livre récemment paru et pas encore saisi Les dossiers X. Ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l'affaire Dutroux, EPO, 1999, (Douglas De Coninck, Annemie Bulté, Marie-Jeanne Van Heeswyck) sont les collaborateurs de cette presse encore relativement indépendante ?

Le livre

Le livre sort à point nommé. Les quelque 570 pages sont impossibles à résumer, tant elles fourmillent de données et d'informations, toutes recoupées et scrupuleusement vérifiées.

D'emblée, les auteurs informent le lecteur que leur but n'est pas d'étayer la thèse du grand complot, brandie par certains, ridiculisée par d'autres, mais de prouver la réelle existence de réseaux de pédophilie et de prostitution enfantine en Belgique.

Sur fond de guerre des polices, de guéguerre des juges, de péjistes ripoux et partouzards, de morts suspectes, de suicides en série, de témoignages sous X, le magistral travail d'investigation de ces journalistes nous invite à découvrir comment on élabore, en Belgique, la seule vérité qui soit acceptable, c'est-à-dire une certaine vérité judiciaire qui, bien sûr, n'a rien à voir avec la vérité tout court.

Ne citons que l'exemple, grossier comme un anthrax sur le minois de Mathilde, de la relecture des témoignages de X1.

Le Commandant Duterme, supérieur hiérarchique des mal-Aimé(s) Bille et Patrick De Baets (3), a, outrepassant et de loin ses compétences et prérogatives (puisque seul un juge d'instruction peut commander une relecture de dossier), ordonné une relecture des fameux pv d'audition de X1, alias Regina Louf. Pour ce faire, il s'est entouré d'enquêteurs "sûrs", appartenant à la mouvance la plus réactionnaire de la gendarmerie. Sous la houlette du maréchal des logis chef, Baudouin Dernicourt, il ne faudra pas moins de quatre relectures (sans compter celle - cynique - du commandant Duterme) pour arriver à un résultat satisfaisant. Peu importe, semble-t-il, qu'il ait fallu, pour ce faire, recourir à d'incongrus coupés-collés et à de nombreuses falsifications de procès-verbaux originaux.

Le résultat de cette relecture fut grandiose ! Discréditées, les témoins X. Clôturées, les instructions ouvertes aux Parquets de Gand, Anvers, Bruxelles. Déboulonnés et ensuite inculpés, les trop zélés De Baets et Bille (innocentés depuis peu, après la très rocambolesque instruction du juge Pignolet). Ridiculisés, les travaux de la Commission d'enquête parlementaire Dutroux.

Les nouveaux
chiens de garde

Comme plusieurs précautions valent mieux qu'une, on s'est également servi d'une certaine presse (Le Soir Illustré, Au Nom de la Loi/RTBF Charleroi, Autopsie d'une Enquête, J-F Bastin, coproduction Arte/RTBF, L'Enquête manipulée, René-Philippe Dawant, éd. Luc Pire, 1998) pour achever de convaincre les plus sceptiques, qu'en Belgique il n'y a pas de réseaux de pédophilie organisés et protégés, que les témoins X sont mythomanes, que Nihoul est victime d'une énorme erreur judiciaire, que Dutroux est un "prédateur isolé" et que, tous les "neo-Dreyfusards" sont de dangereux comploteurs, qu'anime un délire paranoïaque.

Gouvernement Arc-en-ciel

L'avènement de cette coalition insolite ne laisse pas d'étonner politologues avertis et citoyens perplexes face à ce mélange de serviettes de droite avec les torchons de gauche (ou est-ce l'inverse ?).

À ceux qui disent qu'il faut lui laisser du temps, je répondrai que ce gouvernement converti au blairisme a déjà fourni un hénaurme travail, en quelques mois à peine.

Pour commencer en fanfare, à l'instar d'un autre Rainbow Warrior, notre bien-aimé secrétaire d'État à l'énergie, l'Écolo Olivier Deleuze, s'est fait torpiller par ses aînés dès sa première tentative de faire de la politique autrement. On retire de ses compétences (et il trouve que c'est une bonne décision) tout ce qui a trait aux licences d'exportation relatives au nucléaire. Un comble... Il ne lui reste donc plus qu'à s'occuper des poêles à charbon. Noble tâche s'il en est, quand on sait que le monoxyde de carbone fait plus de victimes chez les pauvres de chez nous que le nucléaire n'en a fait jusqu'à présent chez les pauvres du Pakistan.

Un peu plus tard, le secrétaire d'État à la Coopération et au Développement, Eddy Boutmans (Agalev), se fait tancer par le très libéral-social Ministre des Affaires étrangères, Louis Michel (PRL), qui estime que toute décision concernant la coopération, devra être avalisée par lui-même. Monsieur Boutmans ne sera-t-il donc payé que pour enfiler des trombones ?

Pendant ce temps, Madame Durant, vice-première ministre et Ministre des Transports (Écolo), inaugure, en compagnie de VIP, une nouvelle ligne de la SABENA (Bruxelles-Washington) qui, à n'en pas douter, facilitera grandement une certaine mondialisation de l'économie. Autre point positif, cette liaison aérienne ne sera pas utilisée pour le rapatriement forcé de réfugiés récalcitrants.

Le Ministre (PRL) de l'Intérieur, Antoine Duquesne (dont on a tôt fait d'oublier son amitié d'antan pour un certain Roger Nols, ex-bourgmestre PRL de Schaerbeek, passé depuis au FN), crie à tue-tête que les expulsions (de Tziganes et d'autres) doivent reprendre. Mais, il jure, au grand dam d'Hugo Coveliers, que, non, non, non et non, il n'y aura pas de quotas. Vicieux, n'est-il pas ? L'absence officielle de quotas, permettra, c'est certain, un nombre d'expulsions supérieur à celui réclamé par le VLD (3000 par mois).

Madame Onkelinx, Ministre (PS) de l'Emploi, qui, décidément, ne rate pas une occasion de faire parler d'elle, a accouché d'un petit dernier répondant au nom de Plan Rosetta. Le plan, au titre usurpé, vise à offrir une convention de premier emploi aux jeunes sortant de l'école et aux demandeurs d'emploi de moins de trente ans. Sous la pression amicale de la très puissante Fédération des Entreprises de Belgique, ledit plan a été amendé de telle sorte qu'il ne résiste pas à une analyse un tant soit peu sérieuse. Notre Laurette fédérale eut été mieux inspirée, tant qu'à faire, de le baptiser Plan Pure fiction (4).

Au sein du gouvernement et dans les couloirs du Parlement, on se gargarise, on se congratule, on brandit fièrement les dernières statistiques de l'ONEM. En ce mois d'octobre 1999, le chômage a accusé un net recul. Bien que l'on s'était promis de ne plus tout analyser sous le seul angle communautaire, on ne peut s'empêcher de constater que c'est en Flandre que la régression du chômage est de loin la plus spectaculaire, et de stigmatiser l'inexpugnable fainéantise de ces Latins de Belgique que sont les Wallons.

Ce qu'on omet de dire, c'est si cette régression du chômage est à mettre sur le compte de réelles créations d'emplois ou bien sur le compte d'exclusions massives du droit aux allocations d'une cohorte de "chômeurs longue durée".

Toutes ces excellentes nouvelles n'arrivent pas à vous arracher un sourire ? Bon, alors, on va vous bercer avec l'éternel refrain La croissance économique est en phase de décollage, la consommation reprend de plus belle, et, qui dit consommation accrue dit nouveaux emplois en perspective.

L'Art belge et belge lard

Ces considérations vous laissent de glace. Vous vous demandez à qui profitera ce regain de consommation ? Aux consommateurs ? Nenni. Les consommateurs se ruinent la santé, inhalent des gaz d'échappement à longueur de journée, bouffent du poulet dioxiné, du cochon aux hormones, du maïs transgénique, s'abrutissent face à des programmes de télévision ineptes et sont de plus en plus nombreux à se faire cuire la cervelle grâce à la téléphonie mobile, autre grande trouvaille de cette fin de siècle.

Vous êtes déprimés ? Heureusement, il vous reste l'Art. C'est lui qui vous sauvera, qui sauvera la Belgique !

Au contraire du cochon flamand et du poulet wallon, l'art belge s'exporte bien. Pas l'art brut, bien sûr, pas celui des gueux, des taulards, des psychotiques, des ouvriers, mais l'Art avec un grand A.

Je sais ce que vous allez me répondre et vous n'avez pas tort.

Pour une Rosetta portée aux nues par la critique, combien de Pure fiction magistralement boycottée ?

Pour une Amélie Nothomb, primée par l'Académie française, combien de Pascale Fonteneau, harcelée par l'ONEM et condamnée en Appel à bourse délier ?

Pour un mielleux Adamo, un insipide Lafontaine, combien de Marc Lelangue, combien de Claude Semal, autrement intéressants, donc forcément persécutés par le fisc et l'INASTI.

Car, en Belgique, le chômeur/artiste/intermittent du spectacle, même la nuit, n'a pas le droit de penser, d'écrire, de peindre ou de chanter. Il peut, à la rigueur, crever seul sur un banc.

Tout cela vous a donné envie de pleurer ? Remontez-vous le moral ! Passez-vous un bon vieux Jacques Brel ! Pourquoi pas Mathilde est revenue ?

Rien n'y fait, cette fois, vous avez carrément envie de gerber ?

Alors, une seule solution, la Révolution !
 

Anne-Marie Beissel


(1) L'émission L'Écran Témoin (production RTBF/Liège) du 11 octobre dernier a été amputée du débat qui devait suivre la projection du film de Marian Handwerker, Pure Fiction. La raison en était l'absence de témoins. Certains invités se sont désistés. D'autres ont été simplement interdits d'antenne en vertu de leur sympathie affichée pour la cause des enfants disparus et/ou assassinés (l'ex-journaliste de la RTBF, Françoise Van de Moortel et José Dessart, journaliste/animateur de l'émission Faits Divers, RTBF/Liège). Un des conseils de Dutroux avait également été invité, mais finalement interdit de plateau par son bâtonnier.

(2) Le Tribunal de première instance de Bruxelles a récemment condamné Michel Bouffioux et Marie-Jeanne Van Heeswyck à verser 500.000 fb de dommages et intérêts en faveur du Commandant de la BSR de Bruxelles, Jean-Luc Duterme. Les deux journalistes ont l'intention d'interjeter appel. En septembre 97, Marie-Jeanne Van Heeswyck et Michel Bouffioux, dans des articles publiés dans l'hebdomadaire Télé-Moustique, mettaient en cause la gestion particulière du Commandant Duterme de l'antenne de Neufchâteau, chargée des dossiers "connexes" de l'affaire Dutroux. (voir le JDM n25 - 16/11/99).

(3) Rappelons que la mise à l'écart de De Baets et Bille (il y a deux ans) avait entraîné l'arrêt de l'enquête sur le témoignage de X1. Ceci suivi d'une campagne de presse affirmant notamment que l'équipe de De Baets avait manipulé l'enquête de Neufchâteau et que Regina Louf (X1) était "folle". Le blanchiment complet de l'équipe De Baets amène forcément à se demander : pourquoi les a-t-on écartés, si ce n'est pour arrêter l'enquête sur les témoins X ? Pourquoi d'ailleurs a-t-on arrêté l'enquête sur Regina Louf, alors que le collège d'experts psychiatres, désigné par la justice, a conclu que son témoignage était recevable ? Précisons - une fois pour toutes -que nous ne posons pas ces questions par goût du soupçon généralisé, mais pour reconstruire patiemment notre passé récent et comprendre notre présent, au-delà des lacunes judiciaires et médiatiques. L'idée que de telles questions relèveraient du poujadisme ou de la "théorie du grand complot" s'inscrit elle-même dans la campagne de désinformation évoquée plus haut.

(4) Pour nos lecteurs français, Pure fiction est le titre d'un film de fiction qui met en scène l'affaire Dutroux dans le cadre d'un réseau d'exploitation d'enfants.


Libertaire Anarchisme Anarchisme


Alternative Libertaire 223

La librairie libertaire

courrier libertaire anarchistefederation anarchiste