franc-maconnerie

franc-maconnerie

Le drapeau noir,
l'équerre
et le compas

Les anarchistes dans la Franc-Maçonnerie


Léo Campion


Editions Alternative Libertaire
108 pages - 2006 (réédition)

Cet ouvrage fut édité une première fois en 1969 sous le titre Les anarchistes dans la Franc-Maçonnerie.
Cette première publication était exclusivement destinée aux Franc-Maçons. Plus tard, il fut revu et considérablement remanié avant d'être à nouveau édité, mais cette fois à l'intention de tous les publics et sous le titre actuel.

L'oeuvre de Léo Campion reste unique et irremplaçable. Bien sûr, il existe de nombreux ouvrages (de qualité très diverse) traitant de la maçonnerie. De même, la bibliothèque anarchiste est vaste et bien fournie. Mais seul Léo Campion a su dire combien les idéaux du mouvement libertaire et de la Franc-Maçonnerie pouvaient se rejoindre.

À travers les biographies d'anarchistes et de franc-maçons illustres, Léo nous présente cet humanisme commun à la Franc-Maçonnerie et à l'Anarchisme.





Franc-Maconnerie

& anarchisme

Table des matières


Préface de Michel Champendal
Introduction
Première Partie - Les Anciens - Sylvain Maréchal - Le marquis de Sade - Proudhon - Michel Bakounine - Multatuli
Deuxième Partie - Les Francs-Maçons et la Commune de Paris - Eugène Pottier - Les Reclus - Louise Michel - Jules Vallès - Jean-Baptiste Clément
Troisième partie - Paul Robin - Les Laisant - Domela Nieuwenhuis - Laurent Tailhade - Jacques Gross - Sébastien Faure - Paraf-Javal - Francisco Ferrer - Augustin Hamon - Montéhus - Jean Marestan - La guerre de 1914-1918 - La CNT-FAI
Quatrième partie - Petit éventail fraternel - Charles d'Avray - Jean Biso - Voline - Jules Rivet - Henri Chassin - Rémy-Pierre Boyau - Jean Roumilhac - Gaston Leval - Michel Herbert - Emestan - Hem Day - André Prévotel - Suzy Chevet - René-Louis Lafforgue - Delgado - Égo-parenthèse - Conclusion
Annexe - Une enquête de La Revue Anarchiste - Le Rôle de la Franc-Maçonnerie - Plaidoyer pour la Franc-Maçonnerie - Réponses à l'enquête - Autour de l'enquête - Ajout - Qui Suit - Conclusion


.L'AUTEUR

franc-maconnerie
Léo Campion

Né le 24 mars 1905 à Paris. En 1923, Léo Campion s'installa à Bruxelles où il rencontra un libraire anarchiste et franc-maçon Marcel Dieu alias Hem Day.
Il fut initié à la loge Les Amis philanthropes le 7 avril 1930 à Bruxelles et ne revint jamais sur cet engagement.
Expulsé du territoire français à la suite d'une campagne de L'Action française, il retourna en Belgique où il fut condamné, en 1933, en compagnie de Hem Day à dix-huit mois de prison pour avoir renvoyé son livret militaire à l'expéditeur.
Cette fine plume anarchiste avait aussi un assez joli coup de crayon. De 1930 à 1936, il exerça ses talents de caricaturiste pour le compte du journal bruxellois Le Rouge et le Noir tout en commençant une carrière de chansonnier qui le ramènera à Paris car : «on ne fait pas carrière de chansonnier à Bruxelles, Genève ou Bordeaux». Ses allers venues incessants entre Paris et Bruxelles faisaient de lui un messager idéal pour la résistance française. C'est ainsi que Léo Campion, qui n'avait rien demandé, reçu à la Libération la croix de guerre, un comble pour cet ancien secrétaire du Comité maçonnique pour l'objection de conscience et de la section belge de l'Internationale des Résistants à la Guerre.
Après la Seconde Guerre mondiale, Léo Campion démontra encore une fois qu'il avait plus d'une corde à son arc en devenant comédien, directeur de cabaret, et producteur. Il continua parallèlement ses activités militantes. A vrai dire, il n'y avait pas chez lui de rupture entre l'artiste et l'anarchiste.


Préface

 « Il faut faire avec humour les choses graves et avec sérieux les choses drôles ». C'était la devise de Léo Campion et je pense qu'elle illustre le mieux possible sa double personnalité. Chansonnier-humoriste, histrion comme il aimait à dire, et haut-dignitaire de la Franc-Maçonnerie qu'il fréquenta pendant plus de 60 ans.
Léo, Louis, Octave Campion naquit à Montmartre en 1905 d'un père belge et d'une mère montmartroise, ce qui faisait de lui le plus belge des Parisiens et le plus parisien des Belges.
Installé depuis 1923 à Bruxelles, il fait la connaissance de Marcel Dieu, bouquiniste anarchiste qui lui fera connaître la Franc-Maçonnerie à laquelle il adhérera plus tard, le 7 avril 1930. À cette époque, il commence une carrière de dessinateur humoriste, dessine pour les journaux et présente un numéro sur scène. Mais Bruxelles est trop petite pour lui; on ne peut réussir qu'à Paris. Il y tente sa chance et se produit dans divers cabarets et, très rapidement abandonne le dessin sur scène pour ne garder que le texte humoristique. À cheval sur Paris et Bruxelles, il reste citoyen belge et en 1933, outré d'un projet de loi interdisant toute propagande pacifiste, avec son ami Marcel Dieu il renvoie son livret militaire au ministre de la défense nationale d'alors, Monsieur Albert Devèze. Suit un procès retentissant le 19 juillet 1933 où Léo Campion se sert de son humour pour couvrir de ridicule le tribunal et les autorités.
À Bruxelles, Marcel Dieu et Léo Campion hébergent, dans les années précédant la guerre d'Espagne, les anarchistes espagnols Ascaso et Durruti. Une grande amitié naît entre Léo et Ascaso. Et Léo m'a souvent confié qu'il avait pleuré à la mort d'Ascaso, tué à Barcelone, dans les premiers jours de la Révolution.
Sa carrière de chansonnier devient de plus en plus brillante et son nom commence à être connu. Au moment de l'occupation il vit à Paris. En tant qu'étranger et probablement aussi sur sa réputation sulfureuse il est interné au camp d'Argelès. Il réussit grâce à ses amitiés à se faire libérer. Après la Libération, sa carrière de chansonnier prend une autre dimension car il y ajoute aussi celle de comédien. Jean Renoir, entre autres, le fait tourner et son plus amusant titre de gloire est d'avoir chanté le rôle-titre de Phi-Phi au théâtre, lui qui était absolument imperméable à la musique.
Parallèlement, son ascension en Maçonnerie continue, il gravira successivement tous les degrés jusqu'au 33ème et siégera au Consistoire d'Ile-de-France. Mais il aimait à dire: « Ça ne m'empêche pas de rester simple ». Son engagement maçonnique était profond. Je peux le certifier car nous en avons beaucoup discuté, puisqu'il m'a fait l'honneur de me parrainer au Grand Orient.
Son oeuvre littéraire est double. D'un côté un grand nombre d'oeuvres d'humeur, dont la plus connue est Le Petit Campion illustré, et de l'autre des ouvrages maçonniques, par exemple Sade Franc-Maçon et celui réédité aujourd'hui, Le drapeau noir, l'équerre et le compas.
Léo repose au cimetière de Saint-Ouen. Ironie du sort, dans le même cimetière qu'Alphonse Allais qu'il admirait tant. Si vous passez le soir avenue Michelet à Saint-Ouen, vous entendrez peut-être leurs rires s'il est l'heure du calembour et de la liqueur écossaise.

 

Yvon Tanguy



Franc-Maconnerie

& anarchisme

Je commande cet ouvrage

Votre adresse e-mail



oleron